Par 

Envie de vous abonner à un panier de fermier?


 

Ça vous trotte peut-être dans la tête depuis quelques semaines ou depuis quelques années et vous n’avez pas « osé » essayer un panier de fermier de famille? Vous ne savez pas trop en quoi ça consiste ou vous vous demandez si ça peut convenir à votre horaire chargé? Vous avez peur d’être pris avec 25 livres de courges en plein mois d’août? Qu’on soit seul, en couple, en famille, avec un petit budget ou un horaire de fou, il existe une formule qui vous convienne (et ça goûte si bon)!

C’est quoi un panier de fermiers?

Certains l’appellent panier de fermier, d’autres disent panier bio ou panier ASC, un acronyme pour « agriculture soutenue par la communauté ». Dans tous les cas, lorsqu’on s’inscrit à un panier, on prend un engagement à l’avance avec un (ou plusieurs) agriculteur du Québec pour la récolte agricole à venir. Les premières initiatives de ce type auraient vu le jour au Japon dans les années 60, mais au Québec, on peut remercier le réseau Équiterre d’avoir initié le mouvement dans les années 90 en agissant comme pont entre les consommateurs et les agriculteurs biologiques locaux (ce qu’ils font toujours!).

Chaque année, au printemps, c’est le temps des inscriptions pour la saison estivale. S’abonner c’est contribuer directement à l’amélioration du système agroalimentaire dont nous faisons partie. Rien de moins!

IMG_20140621_124427

Pour les agriculteurs locaux, les abonnements à un panier sont une garantie de revenu et une façon d’assurer l’avenir de leur ferme. Si on veut des produits locaux, biologiques (et à un prix qui conviennent aux agriculteurs et aux consommateurs), il faut en demander! Comme l’expliquait si bien Laure Waridel en 2005 pour le cas du café, « acheter c’est voter ». Tant qu’à dépenser pour nos aliments, dépensons pour les agriculteurs locaux (dans la mesure du possible bien sûr). De plus, les paniers de fermiers de famille sont un exemple de « circuit court » de mise en marché, c’est-à-dire, une contribution financière qui va directement aux agriculteurs, plutôt que via un distributeur (qui mange une grande partie des revenus).

L’impact environnemental d’une consommation de produits locaux et biologiques est considérable. Au Québec, c’est durant la saison estivale qu’on peut mettre un maximum de produits locaux dans nos assiettes et ainsi, réduire l’empreinte écologique engendrée par la production à l’étranger, le transport sur des milliers de kilomètres, la transformation et l’emballage de nos aliments. En plus, la majorité des agriculteurs offrant des paniers sont certifiés biologiques, ce qui assurent que vos aliments sont cultivés sans pesticides, herbicides ou fongicides chimiques, pour le bien être de notre santé et de l’environnement.

Pour nous, mangeurs urbains, les paniers de fermiers sont de véritables trésors de saveurs et de couleurs. Les fruits et légumes ne poussent pas tous en même temps et c’est vrai que le contenu du panier varie au gré des récoltes. C’est la beauté! Non seulement découvre t’on des variétés dont on ignorait même l’existence, mais on mange souvent plus de fruits et légumes de cette façon et si on veut, on apprend de nouvelles recettes en discutant avec l’agriculteur et les abonnés au point de cueillette. Horaire surchargé? En solo et en famille? Bonne nouvelle! Avec le temps, l’offre de panier s’est adaptée pour convenir aux urbains que nous sommes. Il est souvent possible de choisir une grosseur de panier selon notre budget et nos besoins, de prendre quelques semaines de vacances et de choisir parmi plusieurs points de cueillette. L’idée c’est d’essayer et de donner vos commentaires!

spectrum_ed2

Par où commencer?

Les paniers biologiques du réseau Équiterre et sa centaine de fermes partenaires
(points de cueillette un peu partout au Québec)

Les Bio-locaux et son panier du marché flexible (c’est celui là que j’essaie cet été!)
(point de cueillette au Marché Jean-Talon, Montréal)

Ferme Mélilot
(point de cueillette à NDG, Montréal)

Les Jardins de la montagne
(points de cueillette à plusieurs endroits à Montréal et sur la rive-sud)

Panier bio du Santropol Roulant (offre un panier subventionné et un panier « solidaire »)
(points de cueillette à Montréal)

Il existe aussi des épiceries en ligne offrant de nombreux produits locaux (et parfois bio) en provenance de fermes et artisans du Québec. Certains offrent des formules ultra flexibles!

Les Fermes Lufa
(points de cueillette à Montréal, Laval et sur la rive-sud)

En direct de la ferme (points de cueillette et livraison à Montréal)

Ceci n’est pas une liste complète! Alors, allez-vous vous abonner cette année?

Chou romanesco

Chou romanesco

À propos de moi

Toute petite, elle rêvait d’un grand jardin et de voyages. Après des études en développement international, c’est à Montréal qu’elle a choisi de travailler en agriculture urbaine d’abord et en développement des affaires ensuite. Depuis, sa fascination pour les aliments, leurs couleurs, leur texture et l’agriculture passe au travers de l’illustration et des techniques mixtes. En colorant des sujets agroalimentaires, Laurence est devenue Laucolo, une plateforme pour partager des illustrations et des contenus visant à comprendre, à améliorer et à apprécier le système agroalimentaire dont nous faisons partie.

1 Comments

Frederic Biron-Carmel
Reply 16 février 2017

Découvrez aussi Maferme --> http://maferme.ca) !

Paniers 100% personnalisés ou traditionnels de fruits et légumes, viandes, et + en provenance directe de fermes locales, certifiées bio ou tout simplement écolo.

Facebook: http://facebook.com/maferme.ca
Instagram: http://instagram.com/maferme.ca
Twitter: http://twitter.com/maferme_ca

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.