Par 

Comment épargner pour réaliser vos grands projets


On a tous un moment dans la vie où nous avons envie d’investir dans des projets à long terme : achat d’un appartement, d’une voiture, se financer un voyage de plusieurs mois…

Peu importe le ou les projets, la question est surtout comment y parvenir.

Ayant récemment terminé de rembourser mes prêts étudiants, je peux à présent m’aventurer sur le chemin de l’épargne et du « plan financier ».

Pour cela, après avoir farfouillé sur le Web, j’ai sélectionné les points les plus intéressants de mes lectures et mis sur pied ma propre recette afin de commencer à engranger quelques deniers.

Pour cela, différentes étapes afin de parvenir, bon gré mal gré, à mon but.

  • Définir ses envies les plus importantes

Pour cela, faire le tri parmi toutes ces idées qui inondent notre esprit. Sélectionner celles qui nous semblent alors les plus importantes à nos yeux, celles que l’on veut vraiment (entre trois et cinq par exemple) et les séparer en trois catégories :

  1. Celles à court terme, réalisables dans les trois ans.
  2. Celles à moyen terme, dans les trois à sept ans.
  3. Celles à long terme, c’est-à-dire sept ans, voire plus.

Bien évidemment, on part du principe qu’il s’agit d’idées réalistes tout en se laissant une marge de temps concrète et réalisable.

Une fois le tri effectué et vos désirs classés, il faut organiser notre façon de mettre un peu d’argent de côté.


  • Mettre en place un plan de dépense mensuel

Oui, mensuel, car ce n’est pas en mettant de façon sporadique quelques sous de côté que nous y arriverons. L’important est d’évaluer correctement nos besoins et nos envies.

Ensuite, trouver un juste milieu ; mieux vaut trop que pas assez.

Ne nous serrons pas non plus la ceinture à outrance à manger du « Kraft diner  » tous les jours.

La plupart des sites consultés préconisent un 10 % de nos revenus.

Autre petite chose avantageuse, le prélèvement automatique pour vos factures (hydro, téléphone…), voire également pour le loyer.

Une fois les prélèvements effectués, et votre montant d’épargne mis de côté, vous vous retrouvez avec un montant « concret » à subdiviser entre épicerie et autres besoins quotidiens.

Surtout, avant de dépenser, n’oubliez pas de vous demander :

« En ai-je réellement besoin ou est-ce juste un achat compulsif ? »


  • Reçus

Premièrement, les garder pour évaluer nos dépenses et voir dans quoi notre argent disparait.

Deuxièmement, afin de garder une trace de nos dépenses.

Cela permet aussi de faire un point chaque mois et de voir si nous avons trop dépensé dans les sorties, les lunchs ou cafés, alors que parfois il suffirait de préparer nos repas pour la semaine au lieu de débourser dans des petits restaurants, ou bien de s’apporter son thé ou café au bureau. L’avantage est que l’on sera moins susceptibles de craquer pour le petit muffin aux bleuets délicieusement doré qui nous fait de l’œil.


  • Magasiner une banque.

Eh oui, tout comme une bonne paire de souliers, les banques, c’est comme trouver chaussure à son pied. Prendre le temps de nous renseigner sur les différentes offres proposées par ces dernières afin d’ouvrir un compte d’épargne qui nous convient et qui fera augmenter nos intérêts.


  • Utiliser la carte de crédit avec parcimonie

Depuis quelques années, tout le monde veut nous « refourguer » ses cartes de crédit. Attention, danger. Les cartes de crédit restent un véritable attrape-mouche quand on y pense. Nous utilisons de l’argent que nous n’avons pas nécessairement et surprise, à la fin du mois, lorsqu’il faut les rembourser. Dégainez-la avec sagesse. Ne les cumulez pas.


  • Se faire une petite cagnotte d’urgence

Nous n’y pensons jamais assez, mais mettre un peu d’argent de côté en cas de coup dur est toujours un choix judicieux.

Perte d’emploi, arrêt maladie, réorientation professionnelle… bref, ce genre de dépenses imprévues.

Pour cela, les experts conseillent souvent d’avoir de quoi survivre de trois à six mois, le temps de nous retourner tout en étant confortables.

En conclusion, il faut qu’épargner devienne une habitude.


Alors maintenant, à nous de jouer, et comme le faisait les anciens avec leur petit bas de laine, mettons quelques dollars de côté afin de réaliser ces projets de vie qui nous tiennent à cœur.

Puis l’un des bons côtés de la chose est que grâce à ce plan, nous devenons des acheteurs plus responsables.

Comme le dit si bien ce proverbe serbe :

« Économiser trois pièces d’or et la quatrième vous tombera dans la main. »

Liens références: FCAC / The Everygirl

 

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.