Par 

Le Yoga: un outil pour se défaire des addictions


Compte tenu de mon histoire familiale, je m’intéresse de plus en plus aux cas de détresse et de souffrance où le yoga peut aider de façon notable. Récemment, après avoir appris ce qu’une prof de yoga de ma petite ville fait auprès de personnes luttant contre les dépendances (alcool, medicaments, drogues), je me suis dit que c’était un sujet qui méritait de sortir de l’ombre plus souvent.

Pourquoi tombons-nous, certains plus que d’autres, dans des habitudes que nous savons malsaines? C’est parfois très complexe. Les addictions sont autant de refuges, de lieux ou l’on s’échappe, où l’on se sent enfin à l’aise, en sécurité, ou décomplexé, désinhibé.

Alcool, drogues, médicaments sont des amis tellement faciles à gérer, à première vue… Ils sont de doux anesthésiants de notre mal-être, un soulagement toujours à portée de mains, des lunettes roses assez accessibles…

Seulement, à chercher ces paradis à l’extérieur de nous et à nier qui nous sommes et ce que nous ressentons, on se fragmente littéralement, et toutes ces choses qu’on a voulu se cacher, que l’on n’a pas voulu adresser ou avouer, elles fermentent au fond de nous et nourrissent la part d’ombre, qui a son tour grandit… grandit… et grandit encore, jusqu’a l’explosion, ou l’implosion.

C’est à la lecture de “Eastern Body Western Mind” de Anodea Judith, livre qui nous avait été recommandé par Sean Corn lors de sa visite a Montréal l’an dernier, que j’ai vraiment saisi la complexité des addictions, et que j’ai reconnu un “pattern” pesant de mon arbre familial. Le cocktail alcool et médicaments passe parfois bien inaperçu, puisque ces ‘drogues’ sont assez accessibles. Comme quoi, quand on a le nez sur quelque chose il est toujours plus difficile de voir clair.

Selon le système des chakras, les addictions de type alcooliques sont bien souvent reliées au 2e chakra, Svadhisthana, qui signifie doux, douceur. Svadhisthana est le centre de nos émotions, de l’auto-gratification. Il se forme autour de l’âge de 6 mois et jusqu’à peu près 2 ans. A cet âge, il est important que l’enfant apprenne à ressentir des plaisirs sains, à l’encourager à ressentir ces plaisirs. Mais qu’est ce qui explique un dérèglement de ce centre énergétique?

Souvent une éducation trop stricte, une moralité excessive ou religieuse stricte, le déni des états émotionnels de l’enfant, la culpabilité, la froideur, le déni de la sexualité & du plaisir en général.

Bien souvent, on commence avec l’alcool, qui est socialement accepté… Le 2e chakra, siège du plaisir, est en mauvais état, et l’énergie s’en retrouve bloquée dans son course verticale. Le 3e chakra, Manipura, “la forteresse du joyau” est alors moins bien approvisionné en prana, l’énergie vitale, et s’en retrouve affecté… Là, c’est l’ego qui est mis a mal, menant à des comportements déséquilibrés oscillants entre extrême passivité, très faible estime et soi – et dès lors inclinaison vers les stimulants, et tout le contraire, agressivité, contrôle, manipulation, ambition – et dès lors inclinaison vers les sédatifs. Le 3e chakra se ferme, et par effet de chaine, le 4e s’en retrouve affecté à son tour… etc. etc. jusqu’a venir déstabiliser les 7 chakras ou centres énergétiques du corps.

Depuis 1930, Bill Wilson et Bob Smith, les pionniers des alcooliques anonymes, ont aidé des milliers de gens avec leur méthode des 12 étapes. Cette méthode permet aux gens qui en ont la motivation profonde, de se défaire de leurs habitudes toxiques et d’emprunter le chemin de la guérison.

De plus en plus, le yoga est inclus tout au long de ces étapes, afin de soutenir le malade dans son processus de détoxification. A l’étape 1 de cette méthode, un yoga restauratif est par exemple un superbe outil pour réduire le “buzz” mental et l’agitation; ensuite, petit à petit, méditations guidées et asanas peuvent être ajoutés pour encourager la détoxification complète, autant physique que mentale, émotionnelle et spirituelle.

Pour tout ceux qui ont déjà pratiqué le yoga kundalini, et ont expérimenté le buzz de bien-être sain, de Joie et d’énergie positive qu’il apporte, il ne fait aucun doute de sa possibilité à aider les gens à se défaire de leurs addictions en les remplaçant par leurs propres forces intérieures, leurs propres chimies intérieures.

Je me souviens tellement de mon 1er cours de Kundalini… J’étais tellement “high” en sortant de cette classe! Je m’étais tellement transcendée, seulement en une heure et quelques de pratique… Nous avons une source incroyable de guérison en nous. Nous sommes tellement forts lorsque nous sommes alignés physiquement, mentalement et émotionnellement.

Mais afin d’accéder a cette source de Joie, comme dans tout, il faut bien le vouloir, il faut accepter de lever un coin du voile, d’enlever les lunettes roses fictives et de regarder dedans. En silence, et dans l’écoute. Alors en ce qui me concerne, à défaut de pouvoir emmener certaines personnes proches à un cours de yoga, et bien je les emmènerai avec moi en pensées dans ma pratique, comme je l’ai fait ce matin.

Prenez soin des vôtres,

Namaste,

Cécile

Pour ceux et celles que ca intéresse, voici quelques liens intéressants sur le sujet:

Un vidéo longue, mais qui en vaut la peine, sur le yoga et les addictions: YouTube

Une autre qui met en parallèle la méthode des 12 étapes et le yoga: YouTube

Un article sur les 12 étapes pour se défaire des dépendances :psychologie

À propos de moi

Pour Cécile, le monde est en village ! Belge de naissance, elle quitte sa terre natale en 2001 pour rejoindre Paris, diplôme de communications en poche, pour poursuivre un Master en Innovation, Design & Luxe à Marne-La-Vallée. À Paris, elle commence à travailler dans le parfum, sujet qui la passionne, en export et marketing. L’Export lui ayant donné envie de découvrir la terre entière, elle s’envole pour Montréal en 2006. Sa carrière en Marketing des parfums et cosmétiques suit son cours, et parallèlement à cela, elle reprend contact avec le Yoga, qu’elle avait découvert avec sa maman à l’âge de 13 ans. Ce Yoga prendra le dessus en 2011, et après la naissance de son premier enfant, elle décide de suivre une formation de prof de Yoga. Elle enseigne maintenant le Yoga et s’est formée en Ayurveda auprès de David Frawley. En 2015 c’est un nouveau déménagement, cette fois vers la Floride ! Après quelques mois d’adaptation, Cécile commence à enseigner le Yoga dans un fantastique studio/communauté de Jupiter : Kula Yoga Shala. Et puis, pour terminer ce texte en beauté, Cécile a lancé un Salon de Thé & Bar à jus santé, axé sur la nutrition et l’Ayurveda ! Allez découvrir et soutenir son dernier bébé Jaya Nutrition Bar.

2 Comments

Laure
Reply 14 octobre 2018

Bonjour Cécile, je viens de lire votre article. L ex femme de mon mari est devenue alcoolique depuis leur séparation. Cela détruit leurs enfants et notre équilibre à tous. Elle rentre en cure pendant 7 semaines mais pour casser ses habitudes infernales, je pensais l envoyer faire une retraite de yoga qui aiderait à restaurer des comportements différents du cercle infernale dépression-alcoolisme... connaissez vous des lieux/centre aux USA/Canada qui propose ce genre de stage? Elle est bilingue et le fait de quitter la France serait je pense un élément positif. Merci. Bien à vous, Laure

    Cecile
    Reply 30 octobre 2018

    Bonjour Laure!
    Au Canada je ne connais malheureusement pas de centres de réhabilitation. Par contre, ici aux États Unis j'ai des amis qui sont passés par cette phase dépressive alcoolique et ont été bien aidés. Je vais me renseigner auprès d'eux dès que possible et vous laisserai savoir.
    En espérant que l'ex femme de votre mari retrouve vite le chemin de la guérison ❤❤,
    Cecile

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.