Par 

La phase pitta de la vie


Quand on pense Ayurveda, la première chose à laquelle on pense est souvent l’alimentation, la façon de balancer nos Doshas ou constitutions ayurvédiques par les herbes et les aliments.

Si je suis très Pitta en ce moment, pour revenir à la normale et apaiser le feu, je vais tendre vers des aliments rafraichissants, plein d’eau, des herbes calmantes et apaisantes. Si je suis un peu trop Vata, je choisirai des aliments plus « pesants », des racines, des choses cuites plutôt que crues, et des mijotés, des plats plus riches contenants des herbes digestives plutôt que trop épicées (trop asséchantes et excitantes pour Vata). Si je suis très Kapha en ce moment, je choisirai des ingrédients piquants, secs, crus, plus épicés, pour dissiper toute l’eau présente et rétablir le mouvement.

Dans les grandes lignes, pour les trois Doshas, c’est ce qui serait recommandé.

Maintenant, la plupart des gens ont deux Doshas majeurs… et ils sont en plus en changement constant. Mettre des règles sur papier serait fausser une réalité sans cesse mouvante.

Les fluctuations des Doshas sont aussi reliées à de multiples facteurs comme les facteurs environnementaux (étant principalement Vata/Pitta, je ne mangerai pas la même chose si je vis en Floride versus à Montréal).

La fluctuation des Doshas va aussi dépendre de notre âge, et c’est ce que je voulais développer aujourd’hui. Selon l’Ayurveda, il y a trois phases dans la vie :

La première est la phase KAPHA : de la naissance jusqu’à l’âge de 30 ans.

La deuxième est la phase PITTA : de 31 ans à 60 ans.

La troisième est la phase VATA : de 61 ans à… 100 ans !

En quoi cela nous affecte-t-il ?

La plupart des lecteurs/lectrices de Bohos sont dans leur phase PITTA, ou fin de phase KAPHA. Cette phase PITTA de la vie indique que le FEU, l’intensité, le JE, l’efficacité, la compétitivité vont être très présents. Logique, me direz-vous, puisque cet âge représente l’âge où nous sommes actifs professionnellement, où certains d’entre nous élèvent des enfants, se lancent en affaires, se donnent des défis sportifs, etc.

Ce Pitta Dosha peut très rapidement devenir critique pour nos corps physique, mental et émotionnel. Le mot BURN-OUT est très révélateur de ce qui peut se passer puisque ce FEU peut facilement nous consumer sans que nous nous en rendions compte. Bon, pour dire la vérité, on s’en rend souvent compte, mais on ne veut pas voir. Et on ne s’arrête pas, car on est dans cette phase du Go Go Go où l’on perd souvent sa connexion et sa capacité d’autoécoute.

Est-ce que vous vous sentez épuisé ? Vous avez la mèche courte ? Votre sommeil est affecté ? Vous souffrez d’éruptions cutanées ? Vous êtes hyper critique envers vous et les autres ? Vous poussez un peu sur l’alcool, le café et les épices ? Votre assimilation des aliments vous semble faible ?

Maintenant que vous comprenez le pourquoi du Pitta élevé, voici quelques petits conseils pour garder le feu en « veille » :

Au niveau des habitudes de vie, prendre un « break » et ralentir, se changer les idées pour ne pas « surchauffer » me semble être la clé, la voie à prendre. Sortir marcher, aller nager (super bénéfique pour Pitta, car rafraichissant), méditer, faire du yoga, dormir suffisamment, voilà autant d’outils qui mènent à la longévité et qui éloignent le burn-out.

Au niveau du mental, se concentrer sur des idées positives, de bonté, d’encouragement pourra contrer la tendance hypercritique du Pitta. On matérialise ce que l’on pense n’est-ce pas :-) ?

Oh, et puis, pour vous entrepreneurs(es) de ce monde, mamans & autres femmes d’affaires, ou tout à la fois ;-), soyez DOUX, ou DOUCES… d’abord envers vous-même. Ladite pression est avant tout celle que vous vous imposez…

Arrondissez les angles, donnez-vous une tape dans le dos !

Comme on dit ici aux États-Unis : You got this!

À propos de moi

Pour Cécile, le monde est en village ! Belge de naissance, elle quitte sa terre natale en 2001 pour rejoindre Paris, diplôme de communications en poche, pour poursuivre un Master en Innovation, Design & Luxe à Marne-La-Vallée. À Paris, elle commence à travailler dans le parfum, sujet qui la passionne, en export et marketing. L’Export lui ayant donné envie de découvrir la terre entière, elle s’envole pour Montréal en 2006. Sa carrière en Marketing des parfums et cosmétiques suit son cours, et parallèlement à cela, elle reprend contact avec le Yoga, qu’elle avait découvert avec sa maman à l’âge de 13 ans. Ce Yoga prendra le dessus en 2011, et après la naissance de son premier enfant, elle décide de suivre une formation de prof de Yoga. Elle enseigne maintenant le Yoga et s’est formée en Ayurveda auprès de David Frawley. En 2015 c’est un nouveau déménagement, cette fois vers la Floride ! Après quelques mois d’adaptation, Cécile commence à enseigner le Yoga dans un fantastique studio/communauté de Jupiter : Kula Yoga Shala. Et puis, pour terminer ce texte en beauté, Cécile a lancé un Salon de Thé & Bar à jus santé, axé sur la nutrition et l’Ayurveda ! Allez découvrir et soutenir son dernier bébé Jaya Nutrition Bar.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.