Par 

Quand j’ai cessé de me maquiller


Depuis toujours, le maquillage me suit dans mon quotidien. Il est certain que depuis que je travaille en partie de la maison et que je suis moins dans les bureaux et davantage dans les studios de yoga pour enseigner, mon rapport avec mon apparence a quelque peu changé. N’empêche, il y a toujours, malgré une grande simplicité, une touche de cache-cerne, de BB crème, de mascara et de poudre bronzante. Rien d’ostentatoire, mais une routine bien présente. Un teint unifié et lisse (du moins, c’est mon but).

Dernièrement, j’ai fait une réaction allergique pas très sympa. Mes yeux sont devenus ultragonflés et ma peau autour s’est mise à craqueler. Je semblais avoir boxé et, par ricochet, avoir pris un bon coup de vieux.

Yé !

Résultat : je devais hydrater tout ça et poser une petite pommade du médecin quand ça devenait trop intense. Et puis, question que ça guérisse, ne porter aucun maquillage.

Aucun maquillage.

J’ai pris conscience que si parfois je ne portais pratiquement rien, il y avait toujours dans cette routine matinale un lien bien réel avec le maquillage.

Il y avait moi avant et après. Et là, il n’y avait plus d’après… il n’y avait que moi et ce que je voyais dans le miroir. Je devais me prendre comme j’étais.

Intéressant !

Je dois peut-être remercier la bonne vitamine estivale (on s’en reparlera en hiver), mais une fois la réaction passée, je ne sentais plus le besoin de me maquiller. À un point tel que je suis même allée à une rencontre boulot « plus traditionnelle » sans me maquiller. Et je ne m’en suis pas rendu compte. C’était pas un « statement », rien. J’étais bien comme ça, c’est tout.

L’histoire ne me dit pas encore quand je recommencerai à me maquiller (une deuxième réaction durant les vacances), mais je dois vous avouer me sentir libérée de ne plus éprouver ce besoin à tout prix de passer par ce processus. Si j’en ai envie, pourquoi pas. Le maquillage n’est pas le problème, c’est cette nécessité de devoir m’offrir une « transformation » matinale pour commencer ma journée, plutôt que de prendre ce qui est.

Le moi, ici et maintenant.

Parce que j’aime faire des liens.

Beaucoup plus « deep » qu’une réaction allergique (hé hé), la belle Alicia Keys nous annonçait, dans son essai « Time to Uncover », sa volonté dorénavant d’embrasser cette version brute d’elle-même. Un #rawself : comme une bouffée d’air frais dans une industrie plastifiée trop souvent au quart de tour.

Cause I don’t want to cover up anymore. Not my face, not my mind, not my soul, not my thoughts, not my dreams, not my struggles, not my emotional growth. Nothing.

alicia more

Depuis ces photos qui auront fait le tour (et le buzz) du Net, Alicia semble tenir cette promesse qu’elle a faite avec elle-même. Elle nous a présenté, la semaine dernière au MTV Video Music Award, une peau fraîche comme une rose et qui semblait sentir bon le « no make up ». Eh oui, elle était resplendissante, comme toujours en fait.

Qu’elle recommence à porter le rouge à lèvres ne me regarde pas. Il s’agit là de son corps et de ses choix. Ce qui importe ici, à mon avis, c’est cette réflexion qu’elle nous a lancée à nous et à cette industrie botoxée.

Cette possibilité de prendre du recul et de nous pencher sur nous-mêmes, sur un nous-mêmes brut, sans couverture, sans camouflage.

alicia cover

Une réflexion qui va bien au-delà du maquillage en fait. Qui suis-je au-delà de ces standards, de ces habitudes de petite fille dans lesquelles, sans me poser trop de questions, je fonctionne quotidiennement ?

Et même quand je recommencerai à me maquiller, je sais que ces produits ne me valorisent pas. Ils sont là, comme un chandail sympa dans ma garde-robe. Un chandail que je n’ai pas l’intention de porter tous les jours, mais que je trouve génial à arborer quand bon me semble. Du moins, c’est où j’en suis actuellement dans ma réflexion.

Et vous, quel lien entretenez-vous avec le maquillage ?

Avez-vous tenté de vous en dissocier à certains moments dans vos vies ?

À propos de moi

Entrepreneure dans l'univers numérique et roulant sa bosse dans ce milieu depuis plus de 10 ans, Julie se passionne aussi pour le mieux-être et l’art de vivre. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : de DANGA (yoga-danse) et dans ses projets d'écriture. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

Les beaux yeux
06-18-2019
Le make-up au naturel pour vos après-midi d’été
05-19-2019
La journée sans maquillage 365 jours par année?
04-23-2013
Le teint au top avec la poudre
02-19-2013
Du Arcade Fire, un bébé et un poivron rouge
02-15-2013
Sexy, le rouge
02-14-2013
On jase makeup de Noël
12-12-2012

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.