Par 

Voyager Slow, l’art de contempler !


« En route, le mieux c’est de se perdre. Lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. » Nicolas Bouvier

Dans notre société où le temps se volatilise, où nos agendas débordent de cases à cocher, où nous faisons tout rapidement, il y a un mouvement qui prône le ralentissement. Même dans notre manière de voyager, nous voulons nous réapproprier le temps. Nous recherchons l’authenticité beaucoup plus que les routes touristiques où l’on vous guide et vous montre ce que l’on veut bien vous montrer !

Qu’est-ce que le Slow Voyage?

Le « Slow Travel » est le rejeton du mouvement « Slow Food » qui a commencé dans les années 80 en protestation contre l’ouverture d’un McDonald à Rome. Le mouvement « Slow Food » met en valeur la cuisine régionale, l’agriculture locale, les repas communautaires et les méthodes traditionnelles de préparation de la nourriture. Cette initiative culturelle a depuis pris de l’ampleur et est devenue un mode de vie que l’on appelle aujourd’hui le « Slow Movement ». Il préconise la connexion à la nourriture, aux familles et, dans le cas du voyage, aux gens locaux et à leurs cultures.

Les voyageurs adeptes du « Slow Travel » vivent au même endroit pour au moins une semaine. Voyager plus lentement et plus intensément, voilà une alternative au tourisme traditionnel qui s’apparente plus à un marathon touristique. Le Slow Voyage permet de ralentir la course, de vivre l’endroit plutôt que de le visiter. Dans le même sens que le mouvement « Slow Food », le « Slow Travel » permet de s’imprégner : de prendre le temps de vivre, de profiter pleinement de l’endroit et de connecter avec la culture de celui-ci, mais aussi de goûter aux saveurs locales, de sentir les odeurs, d’être témoin des coutumes, d’admirer les paysages.

art de voyager

Vivre six mois parmi une culture étrangère m’a permis de cerner les bases liées au « Slow Travel » :

Écologie et économie : Empreinte écologique moindre, car on privilégie le tourisme local. On loue une maison, ou une chambre d’une personne locale. On évite les bannières internationales où l’on sert des mets… internationaux. On privilégie la nourriture locale, la découverte de nouvelles saveurs. On se déplace en transport en commun, à pied ou à vélo.

Curiosité : En nous ouvrant vers d’autres cultures et en apprenant une nouvelle langue, notre ouverture d’esprit augmente aussi.

Authenticité : En développant des liens significatifs avec les gens et les endroits visités.

Contribution : En donnant au suivant. En nous impliquant dans la communauté.

Liberté : En évitant de poser notre regard sur une montre. On s’ouvre aux propositions du moment, on se laisse guider par notre intuition. L’aventure est beaucoup plus relaxante que d’avoir un horaire à respecter.

Calme : En ralentissant notre rythme de voyage, nous pouvons arriver à un état de contemplation. Nous allouer du temps pour nous déposer et réfléchir. Trainez toujours un calepin ou un cahier de notes pour écrire ou dessiner.

Comment?

  • Planifiez le moins possible, laissez la vie vous guider vers votre prochaine aventure.
  • Faites des marches, explorez différents trajets, détendez-vous.
  • Arrêtez-vous pour prendre des photos.
  • Allez vous asseoir au parc ou dans des places publiques, observez les gens dans leur quotidien.
  • Retournez aux mêmes endroits pour connecter et échanger avec les gens (boucherie, pâtisserie, marché des agriculteurs…)
  • Apprenez la langue locale, les gens apprécient cette marque de respect et sont plus enclins à entrer en relation. Il existe une panoplie d’applications sur le Net pour vous introduire à des langues avant votre départ. Une fois sur place, trouvez une école locale pour continuer votre apprentissage.
  • Trouvez des endroits pour faire du bénévolat auprès d’enfants ou auprès des aînés. L’altruisme apporte beaucoup.
  • Goûtez aux saveurs locales, découvrez de nouveaux fruits et légumes, de nouvelles épices.
  • Allez suivre un cours ou un atelier, que ce soit du yoga, de la danse, de la peinture. Discutez avec le professeur, vous développerez une relation qui vous amènera vers un autre lieu, vers d’autres rencontres.
  • Ne sous-estimez pas la valeur d’un guide local pour découvrir des endroits inusités.

Pourquoi?

Simplement pour se faire plaisir ! Pour vivre une expérience authentique et en lien avec nos valeurs.

Il y a mille et une façons de voyager. Mais en voyageant pleinement, le cœur et les yeux grands ouverts, vous vous exposez à de merveilleuses rencontres, des rencontres qui vous feront vibrer. Acceptez d’improviser, poussez de nouvelles portes, un artisan local vous indiquera la voie d’un lieu inexploré et vous guidera vers d’autres rencontres. Connectez et laissez les gens et les lieux vous raconter leurs histoires.

Voyager Slow, c’est apprendre à contempler avec tous nos sens.

Osez laisser votre empreinte humaine partout sur notre belle planète.

UN pas, le bruit du vent qui chatouille les feuilles.

DEUX pas, les saveurs locales font la cour à mon palais.

TROIS pas, la beauté de la chute qui me rafraîchit le visage.

Des centaines de pas plus tard, la sensation du sable chaud entre mes orteils…

MILLE pas, les habitants de la jungle qui m’avisent de leur présence.

DEUX MILLE pas, la senteur et la brise de la mer s’imprègnent dans ma mémoire.

TROIS MILLE pas, la tête dans les nuages, ma boîte à souvenir se remplit d’images.

Des centaines de milliers de pas plus tard, des amitiés naissent au gré de mes rencontres…

À propos de moi

Marie-Josée est consultante informatique de métier depuis maintenant 23 ans. À l’aube de la quarantaine, elle frappe un mur. La maman, la conjointe, la professionnelle, l’amie, l’aventurière, toutes ont craqué. Diagnostic : dépression majeure avec trouble d’adaptation. Suite à plusieurs événements dans sa vie, sa capacité physiologique au bonheur ne parvenait plus à se régénérer. Elle a dû réapprendre à se mettre à l’horaire, à apprivoiser le déséquilibre de sa vie et à lui trouver un sens plus profond. Le besoin d’agir, de se réaliser et de sortir de sa zone de confort, c’est ainsi qu’est né le projet de La Tribu : trois mamans, neuf enfants au Costa Rica pendant six mois (de juillet à décembre 2016). Une aventure, en immersion linguistique et culturelle, inspirée par le « Slow Travel ». Elle est passionnée et curieuse sur différents thèmes : la cuisine, la musique, la lecture, la nature, les arts, l’humain, le plein air, les voyages. Tous sont guidés par le même modus operandi : ici et maintenant. Sa collaboration aux Bohos se fera en toute simplicité ! Partager ses réflexions, ses découvertes et ses aventures, avec comme intention d’éveiller en vous ce que vous savez déjà et de vous inspirer à passer à l’action.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.