Par 

ONSEN – l’expérience


Je suis une grande amoureuse des soins, des spas… Bref, de tout ce qu’il faut pour se bichonner.

C’est d’ailleurs lors de mon dernier voyage au Japon que j’ai eu le grand bonheur de vivre l’expérience onsen deux fois plutôt qu’une. Laissez-moi vous expliquer en quoi ces endroits se distinguent de ce que nous connaissons ici.

Notre arrivée sur l’île principale

C’est après notre découverte de l’île d’Okinawa que nous avons atterri à Fukuoka, première destination sur l’île principale. On allait y rejoindre des amis de mon amoureux.

Une première soirée de retrouvailles dans un restaurant typique à manger et à jaser avec un autre excellent pote. Un verre ou deux plus tard, nous nous retrouvions à l’hôtel, mon copain et moi. Le voyagement avait été long (hello, l’avion !) et le lendemain arrivait bien vite.

Lendemain typique

Après avoir acheté à la gare nos fameux billets de train pour le Shinkansen — un train à haute vitesse fabuleux qui vous permet de faire le tour du pays vraiment aisément — pour nos prochaines destinations, on embarquait avec Yuji… On ne savait pas trop pour où en fait.

Bercés par le jazz qui résonnait dans sa voiture, on souhaitait plutôt lui poser mille et une questions sur lui et son pays. Il nous conduisait quelque part, c’était l’essentiel. Et l’essentiel, c’était un onsen.

Découverte

Un onsen, c’est un bain thermal japonais. Il s’agit de bains chauds, généralement communs, intérieurs ou extérieurs, dont l’eau est issue de sources volcaniques réputées pour leurs propriétés thérapeutiques. J’en avais entendu parler et j’avais plus que hâte de les découvrir.

Au-delà de l’idée des bains, les onsens se trouvent dans des lieux magnifiques gorgés de nature. Ils sont donc généralement à l’extérieur des villes. Ce volet est très important pour eux.

Référence de l’image

À noter que la plupart n’acceptent pas les tatouages ; ceux-ci étant reliés au crime organisé (Yakuza). Si vous en avez un, il est possible de le camoufler avec un pansement, ce que j’ai fait. Je n’ai eu aucun problème.

Nus?

Bon, j’avais entendu parler de cette nudité, mais ça se passait pour vrai. Notez que pour profiter d’un onsen, il faut être complètement nu. Soyez sans crainte, il y a des sections hommes et femmes.

Si nous nous habillons plus légèrement que les Japonais a priori, nous sommes plus pudiques dans les vestiaires et avons l’habitude du maillot dans les spas. C’était donc à la fois étrange, gênant, mais libérateur.

Voici d’ailleurs les règles de conduite lorsque vous entrez dans un onsen :

  1. Vous devez enlever vos chaussures avant de pénétrer dans le vestiaire. Un espace est toujours prévu à cet effet, généralement des casiers.
  2. Une fois entrée, vous trouverez les serviettes : elles sont très petites, c’est normal. Si vous dormez dans un ryokan/hôtel Onsen, vous en trouverez probablement dans votre chambre aussi.
  3. Vous enlevez tout et vous rangez les vêtements dans un panier que vous pourrez ensuite barrer dans un casier prévu à cet effet.
  4. Vous ne portez pas de gougounes/sandales. Je répète, complètement nue. ; )
  5. Vous débutez par vous laver. Il y a des douches et de petits tabourets (ils aiment se laver assis). Vous vous savonnez et ensuite vous rincez avec attention ! Perso, j’ai eu accès à des savons fabuleux. Le rituel de la douche est magique.
  6. Votre serviette doit toujours vous suivre et ne pas tremper dans l’eau. Plusieurs femmes la portent sur la tête pour ne pas s’en encombrer. Comme elles sont petites, elles se traînent facilement.
  7. Ne soyez pas surprises de voir de jeunes enfants. Les petits peuvent accompagner leurs parents. Perso, je trouve ça génial. Il y avait un petit garçon trop mignon qui profitait des bains avec sa maman.
  8. Vous profitez des bains à températures variables le temps qu’il vous plaît (chaque bain à son degré, vous pouvez alterner du chaud au plus frais). Il semble que de 30 minutes à 1 heure soit un temps suffisant.
  9. Les Japonaises sont peu bavardes (barrière de la langue), mais hyper gentilles et respectueuses.
  10. Hydratez-vous pour ne pas ressortir de l’expérience avec un mal de bloc.
  11. Oh ! Et profitez au maximum de la vue et des jardins. C’est une partie essentielle de l’expérience.

Pourquoi les Japonais adorent-ils les ONSENS?

Tout d’abord, il faut savoir que le Japon est le pays qui a le plus de sources d’eau thermales. La plupart des stations thermales qui se sont développées à proximité des sources chaudes de l’Archipel se trouvent dans une zone volcanique où l’eau jaillit du sol à une température élevée. On parle donc d’une véritable culture du bain, ça fait partie de leur environnement.

Référence de l’image

Si les onsens étaient autrefois mixtes, la venue des Américains, après la Seconde Guerre mondiale, a séparé les hommes et les femmes.

Ces bains sont connus, depuis très longtemps au Japon, pour leurs effets stimulants sur l’organisme. Les éléments contenus dans l’eau — soufre, chlorure de sodium, carbonate d’hydrogène, fer — sont considérés comme thérapeutiques pour soigner : les douleurs articulaires, les maux de dos, la régénération de la peau et plus encore.

Mais ils sont avant tout perçus comme des arrêts dans le temps, des coupures du quotidien, un rituel bien-être et santé pour tous. Un contact avec la nature.

Pour ma part, je dois vous dire que cette eau est tout simplement magique. On en sort détendu et ma peau, qui avait vécu l’agressivité du soleil, a retrouvé sa douceur et son hydratation. L’aspect nu est gênant au départ, mais on s’y habitue. Pour ma part, j’ai trouvé ça vraiment LIBÉRATEUR !

Si, par hasard, vous passez par cette région, voici la page Facebook de ce petit bijou d’endroit. Je n’ai goûté qu’au onsen, mais l’aspect hébergement et nourriture semble aussi très chouette : Furuyu Onsen ONCRI.


Pour lire mes billets sur le Japon : Fuseau horaire / L’Asie, la chaleur et les vêtements

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.