Par 

Entre Nouvelle-Écosse et Nouveau-Brunswick


Après avoir séjourné sur l’Île-du-Prince-Édouard, c’est à bord d’un traversier que j’ai pris la direction de la Nouvelle-Écosse et de Halifax, avant de m’orienter vers le Nouveau-Brunswick. Petit tour dans la capitale de la Nouvelle-Écosse que j’affectionne particulièrement.

C’est une ville à taille humaine, jeune et bouillonnante de vie, ce qui lui donne un côté chaleureux et accueillant. Malgré un petit vent constant, c’est un plaisir de déambuler dans ses rues, spécialement dans le centre historique. N’hésitez pas à emprunter le chemin de la forteresse pour une vue panoramique sur la ville et ses environs.

Il y a plusieurs musées à visiter à Halifax, mais mon préféré reste le Musée canadien de l’immigration. Beaucoup de portraits d’immigrants sont dressés, des récits écrits, des petits films passés où sont partagés leurs ressentis, leurs espoirs, et qui relatent la vie qu’ils abandonnaient derrière eux… Des difficultés et des histoires de vie qui ne laissent personne indifférent. Non seulement très instructif, le musée est, de plus, très bien aménagé avec de nombreux espaces interactifs qui justement n’en font pas un sanctuaire. Ils rendent plutôt les lieux vivants et divertissants pour toute la famille.

Une autre de mes places préférées : le marché fermier du port (Halifax Seaport Farmer’s Market). C’est un marché couvert où l’on retrouve producteurs locaux, artisans et petits points restaurants offrant des cuisines aux couleurs et aux saveurs des quatre coins du globe.

Après cette petite pause néo-écossaise, en route pour le Nouveau-Brunswick. Cette année, je souhaitais découvrir la baie de Fundy, réputée pour ses grandes marées qui l’empêchent d’être prise par les glaces en hiver. Elles seraient attribuées, selon la légende micmaque, à une baleine géante qui, en colère après le géant Glooscap, agiterait sa queue. D’ailleurs, Glooscap, ce héros mythique et bienfaiteur, aurait, toujours selon la légende, la Nouvelle-Écosse pour lit et l’Île-du-Prince-Édouard pour oreiller ! De quoi, en effet, faire de beaux rêves.

Après avoir longé la côte, direction la baie de Chignectou, un des bras de la baie de Fundy, pour en fouler le fond et me sentir, l’espace d’un instant, dans la peau d’un Lilliputien au pied des rochers de Hopewell. Ces rochers gigantesques, en forme de pots de fleurs, furent sculptés par l’érosion au gré des millénaires.

Pendant mon séjour, j’ai résidé dans le charmant village d’Alma. Là encore, j’ai rencontré des gens extrêmement gentils et accueillants. Dans la petite pâtisserie du village, la gourmande que je suis a même eu le droit à des cookies en plus ! Je vous conseille, entre autres, An Octopus’ Garden Cafe et Tides Restaurant.

Comme pour la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick offre des produits de la mer frais du jour, pêchés et prêts à déguster. Bien évidemment, j’en ai profité : homard, chaudrée, poisson, crabe… Et pour ne rien gâcher, les bières locales sont excellentes et accompagnaient merveilleusement bien tous mes plats.

À la recherche d’une destination pour vos futures vacances estivales ? Sans hésiter, je vous conseille de partir à la découverte du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, deux provinces bourrées de charmes et d’histoire, où les légendes sont parfois pleines de vérités.

 


Liens :

http://www.halifaxfarmersmarket.com/

http://www.pier21.ca/

http://villageofalma.ca/index.htm

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.