Par 

À la découverte du Shwap Club


C’est en septembre 2018, plus précisément le 19, qu’Annette Nguyen a présenté aux médias son projet dédié aux femmes désireuses d’avoir une panoplie de choix dans leur garde-robe sans devoir se ruiner. Le 9 juin 2018, l’ouverture officielle du Shwap Club, une boutique de troc, n’a pas fait perdre d’adhérentes au concept, bien au contraire. Il en a tellement gagné que le local vient tout juste de déménager dans une pièce du double de sa taille, toujours dans le même édifice de Saint-Henri !

C’est dans son atelier de triage de vêtements, à l’arrière du local de troc où des femmes de tout horizon essaient et donnent des morceaux de linge, que la fondatrice a réussi à répondre à tout ce qui piquait ma curiosité.

Un concept accessible et ô combien efficace !

Le concept est fort simple : il y a deux façons de faire du troc au Shwap Club. Vous pouvez décider de payer 12 $ (plus taxes) à chaque visite ou devenir membre annuelle pour 85 $ (plus taxes).

Vous apportez un certain nombre de vos propres vêtements (maximum 20) et vous commencez à faire le tour des rangées pour voir ce qui pourrait vous intéresser. Au même moment, ceux-ci sont triés à l’arrière afin de savoir ce que le Shwap Club gardera et ce qui ne correspond pas aux critères. « L’idée n’est pas de venir à la boutique avec du Prada pour repartir avec du Prada : tu vas vraiment être déçue. Ce n’est pas tout à fait ça. Tu amènes des affaires que tu ne portes plus et qui, de toute façon, s’en allaient à une association ou en don, ou tu les apportes ici. [Ce sont des affaires qui], pour toi, n’ont plus de valeur », argue Annette.

Lorsque vous rapportez les vêtements qui vous sont tombés dans l’œil à la caisse, les conseillères vous diront avec combien de pièces vous pouvez repartir. Si, par exemple, vous avez emmené huit morceaux et que cinq sont retenus par le Shwap, vous pourrez garder cinq de vos trouvailles. Les trois vêtements que vous aurez apportés vous seront remis : vous pourrez les conserver ou les laisser au Shwap qui les enverra en dons.

Ancrer ses propres valeurs dans son projet

Annette Nguyen est une fanfinie des friperies et du troc de vêtements. « Ça fait neuf ans que je n’ai rien acheté de neuf. Je n’en achète pas du tout. Je n’aime pas ça », m’a-t-elle confié. En fait, son amoureux et elle s’entendent plutôt bien sur ce point ! « J’aime bien les morceaux avec un peu d’histoire. Mon copain et moi sommes exactement pareils. On magasine juste dans les friperies. » C’est donc dire que c’est quelqu’un avec une forte expérience personnelle qui pouvait lancer ce genre de projet. « J’étais dans ma cuisine, en train de jaser avec une copine, puis je lui ai dit que ce serait tellement cool[d’ouvrir le Shwap Club]. Le lendemain, j’avais déjà mon site Web, j’avais choisi le nom : j’avais tout fait », m’a expliqué Annette, en triant des vêtements.

Il faut dire que la fana de trouvailles vestimentaires a testé son concept lors d’un dimanche après-midi qui a surpassé ses attentes. En espérant que 50 personnes se présenteraient à son premier événement de troc de vêtements, elle s’est finalement retrouvée avec 125 personnes et 2000 morceaux de linges à gérer !

Alors que le projet était officiellement sur pied, le Shwap Club prenait ses quartiers dans un espace plutôt restreint. « J’avais déjà un espace au Château Saint-Ambroise et j’ai décidé de transformer le petit espace que j’avais en boutique parce que je pensais que ça n’allait pas être un truc très mainstream. J’avais à peu près 350 pi2(une pièce) avec deux cabines d’essayage, et ç’a juste explosé, raconte-t-elle. J’ai ouvert en juin 2018 et en août de la même année, j’étais en train de magasiner pour un autre local. Et en février de l’année suivante, on signait un autre bail!»

Et même encore aujourd’hui, dans la boutique située dans un édifice de la rue de Courcelle de l’arrondissement Saint-Henri, l’énorme quantité de vêtements prend les trois quarts de l’espace. C’est un fait : dans le local où j’ai eu la chance de participer au concept de troc offert par le Shwap Club, les supports à vêtements sont remplis au centimètre près. Dès qu’il y a une dizaine de clientes, l’esprit de proximité est à son comble. Loin d’être désagréable, il permet même de demander l’avis à des femmes qu’on ne connaît pas lorsqu’on essaie du linge !

Magasiner sans pression

Bien que le concept du Shwap Club soit venu au monde grâce à une discussion entre amies, il tire sa source du fait qu’Annette Nguyen gravite dans l’univers de l’échange et de la réutilisation de vêtements depuis belle lurette. C’est donc avec ces valeurs qui lui sont si chères qu’elle a porté le projet à terme.

« Les valeurs économique et écologique, mais je te dirais que celle qui est prépondérante, c’est vraiment la valeur communautaire. Les gens se rendent à la boutique pour avoir du plaisir. Ce que je trouve intéressant, c’est que, souvent, dans l’industrie de la mode, il y a beaucoup de prétention, et je pense qu’entre femmes, ce n’est pas nécessairement agréable. Ici, c’est coolparce qu’il n’y en a pas. Les gens viennent et il n’y a pas de jugement », affirme la fondatrice du Shwap Club.

Clore la décennie en grand!

L’année 2019 s’annonce chargée pour Annette et ses fidèles collègues du Shwap Club ! Une nouvelle section, cette fois-ci pour les enfants, fera son apparition dans les rangées de la boutique en avril.

Étant donné la popularité presque instantanée de son concept, Annette fait actuellement des démarches pour ouvrir une deuxième boutique, mais plus dans l’est de Montréal. « Je regarde toujours pour des locaux, surtout ce qui est sur Le Plateau-Mont-Royal. J’aurais bien aimé proche d’un métro : peut-être Beaubien ou Rosemont », me confie-t-elle.

Une boutique (et bientôt deux !) à découvrir pour encourager votre côté communautaire et, aussi, dénicher des articles vestimentaires comme toute bonne fashionistaqui se respecte !

Pour rejoindre le club: https://www.shwapclub.com 

À propos de moi

Dévorant l’histoire du XXe siècle et essayant de se maintenir à jour sur l’actualité du nouveau millénaire, Marie Vignola est une passionnée de politique et d’enjeux de la société moderne. En tant que Montréalaise, elle aime également passer du temps à découvrir des artistes locaux, des entrepreneurs innovateurs et des produits qui sèment les graines du changement pour un avenir meilleur. En quête de saines habitudes de vie et de consommation, elle n’hésite pas à se poser des défis et à adopter de nouvelles méthodes pour que celles-ci affectent positivement l’environnement.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

Les changements de saison
11-05-2018
Mariage : les inspirations
10-26-2018
Must have…top 5 pour le gel qui s’en vient
10-28-2014
Amoureuse des antiquités? Cet événement devrait vous plaire !
10-09-2014
Matu dévoile sa collection Printemps-été 2015
10-03-2014
Vous avez craqué pour le phénomène « Flash Tattoo »? Voici ce qui suivra.
09-07-2014
Scarlet & Julia, LA place pour vos achats beauté Luxe à prix mini!
09-03-2014
Garance Doré : « Se démarquer dans le milieu de la mode, suivre sa passion et réussir »
08-24-2014
Les béguins du mardi
07-14-2014

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.