Par 

Notre métier, notre passion ?


Aujourd’hui, j’ai envie de vous jaser de ce rapport que nous entretenons entre métier et passion.

Vous avez surement remarqué que la ligne est de plus en plus mince entre notre métier et nos passions. Autrefois, l’emploi était intimement lié à la sécurité et même à la subsistance. Maintenant, il est certain que nous devons travailler pour vivre, mais les nouvelles générations aspirent à plus que le métro, boulot, dodo et la retraite dorée — retraite suivant un emploi qui ne correspondait pas nécessairement à ce qui les allumait. Retraite qui s’avérera nécessairement différente pour nous. Comment ? Ça, on ne sait pas encore.

Sachant que la précarité des emplois est bel et bien existante (les mises à pied sont monnaie courante avec la mondialisation et les nouvelles technologies), une bonne quantité d’Y et de Z (éventuellement sur le marché du travail) aspirent à un mode de vie agréable avant tout, se rapprochant de leurs passions.

C’est, du moins, le raisonnement que je me suis fait en lisant ici et là des articles sur le rapport à l’emploi des nouvelles générations.

Avec notre réalité économique en pleine transformation : de nouvelles monnaies, sans compter les incertitudes politiques et économiques, les jeunes recherchent plutôt un emploi qui leur permettra de s’épanouir en tant qu’individus et de réaliser leurs passions. Qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Est-ce lié à notre façon de capter nos réalités à coups de Snapchats ? Qui sait ?

Oui, l’argent ne devient plus le seul moteur. D’ailleurs, il n’est pas rare de lire des histoires de gens qui ont tout largué (gros boulot !) pour faire un métier qui les anime pour de vrai, ou même de faire le tour du monde et de devenir un #digitalnomad. De s’écouter plutôt que d’écouter les contraintes sociétaires. D’ailleurs, Bohos adore partager ce genre de profil de femmes qui s’écoutent. C’est beau, ça fait du bien à l’âme !

À cet effet, je lisais l’histoire d’une journaliste bien connue qui, fatiguée de son travail et de ce qu’il est aujourd’hui, est partie étudier la mécanique automobile — ayant toujours été passionnée par les moteurs. Je l’ai trouvée formidable de faire le pas vers un inconnu plein de possibilités. Même si son métier ne sera pas aussi payant que le précédent, qu’elle recommence à la case départ dans un monde d’emblée masculin (au diable les préjugés !), elle s’offre une seconde vie connectée à sa passion du moment.

Passion. Écoute. Mode de vie.

C’est en quelque sorte ce que j’ai décidé de faire. Je me suis réinventée et j’ai façonné un emploi qui collerait à un mode de vie qui me parle au plus profond de moi. Cette médiane entre l’enseignement du yoga/Danga et du temps pour que je puisse continuer d’étudier ce qui me parle, et de m’épanouir dans le monde des communications avec mon blogue et mon boulot à mi-temps dans une agence, voilà ! Bref, d’être la slasheuse conceptrice, artiste et communicatrice qui a toujours existé et que je ne pouvais pas laisser exister dans un moule qui ne me ressemble pas. Et ça fonctionne ! Ça fonctionne parce que je suis ce genre de personne et que les élèves qui viennent dans mes cours et que les entreprises avec lesquelles je travaille apprécient ce mixte authentique. Du moins, je l’espère. 🙂

La transformation des entreprises

Vous aimez la structure d’une entreprise et n’êtes pas très chaude à l’idée de devenir une slasheuse ou de quoi du genre, je comprends ! Ce n’est pas tout le monde qui chérit l’idée de tomber à la pige. Et surtout, ce n’est pas la réponse pour tout le monde.

Sachez que même si vous cherchez un boulot plus « traditionnel », les entreprises se transforment aussi pour vous offrir un mode de vie qui VOUS ressemble : télétravail, conciliation travail-famille maximisée, plan bien-être pour faire du sport, activités diverses et j’en passe.

En vous connectant avec une agence de placement à Québec, par exemple, vous pouvez découvrir une pléiade d’emplois qui VOUS ressemblent : combinant à la fois vos passions et ce que vous désirez vous offrir comme lifestyle. Vous pouvez aussi parler avec votre entourage ou connecter avec des gens de votre milieu dans des cocktails, conférences etc.

Prenez le temps de vous informer et de faire un choix qui vous parle. Nous passons beaucoup de temps à travailler, il est plus qu’important de l’apprécier.

Je termine en vous disant que même si votre boulot est une passion, vous êtes définitivement plus que votre emploi. Si ce que je fais me satisfait et me permet de faire des rencontres extraordinaires ; si tout cela avait à disparaître demain, ce qui importe, c’est ce que ces années auront nourri à l’intérieur de moi, quelque chose d’important, et que demain, la vie continue ! Les gens que j’aime seront là et de nouveaux projets se pointeront le bout du nez.

Et vous votre passion, c’est votre métier ?

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.