Par 

Comment travailler avec les influenceurs en tant que consommateurs ?


À l’ère des réseaux sociaux, la publicité et l’image de marque changent. Avez-vous remarqué qui sont maintenant les panneaux publicitaires de notre temps ? Les influenceurs. Les (micro)-influenceurs sont ceux que l’on suit, que l’on admire. Ce sont eux qui portent fièrement les dernières tendances, qui nous donnent envie de faire la belle vie. Ces influenceurs nous laissent sur l’impression que la vie est belle et simple, mais ils travaillent si fort derrière pour arriver à ce résultat.

Gabrielle Lacasse le disait dans une entrevue avec Béatrice Média : « Il faut toujours qu’on ait l’impression que je ne travaille pas. »

@dentellefleurs

Ces influenceurs ont une grande part de responsabilité lorsqu’il s’agit de notre consommation. Le savent-ils ? On ne leur donne pas ce nom pour rien : ils nous influencent. Ils mettent au goût du jour les nouvelles tendances ; ils sont les représentants des marques et entreprises. La différence avec le panneau publicitaire, c’est qu’on peut leur parler. Et c’est là que ça devient intéressant. Face à l’annonce dans le métro, on n’a pas cette opportunité. Pour une marque, c’est une mine d’or que de travailler avec quelqu’un qui peut interagir avec une clientèle.

loounie

Le discours des influenceurs (et blogueurs) passe avant tout par les actions. Une influenceuse qui veut supporter les créateurs locaux se doit de les représenter dans son esthétique, dans ses photos, dans son mode de vie. Ce ne serait pas juste d’afficher une garde-robe à 80 % grandes chaînes avec une mission de mettre de l’avant les créateurs d’ici. Dans un blogue qui se dit « sustainable » ou durable, il est bien de voir des liens avec des marques qui ont la même mission. Les valeurs doivent s’aligner. De la même façon, un blogue qui se dit féministe ne doit pas avoir une section anonyme pour dénigrer d’autres filles. Ce n’est pas cohérent.

@Cindyboyce

Et notre rôle à nous face à cette nouvelle publicité ? Leur demander pourquoi ils le font. Entretenir un discours avec ces personnes qui nous influencent et qui nous guident. On ne devrait pas avoir peur de commenter leurs photos, d’interagir avec eux sur une photo ou sur une publication, de leur demander d’où vient ce qu’elles portent, ce qu’elles mangent. Elles devraient savoir la réponse. S’afficher pour une marque, c’est l’endosser. C’est comprendre le message de la marque, l’apprécier et vouloir le partager avec une communauté.

@audreyhubert

Et moi, quand je les suis, j’adhère ou pas ? J’adhère aux histoires qu’elles racontent, aux souvenirs qu’elles nous créent, aux valeurs de représenter les marques qui font une différence. L’opinion des influenceurs a un poids, aussi bien qu’il soit positif.

Référence de l’image à la une: @thefashionmedley

À propos de moi

Marie-Anne aime les espaces vides, les photos Instagram et le café. Elle aime s’éparpiller, dessiner et faire naître de nouvelles idées. Son atelier est le repère de sa créativité. Elle est designer d’accessoires en cuir tanné végétal essentiels à la vie quotidienne. Elle a commencé comme aide-designer chez Betina Lou, une ligne de prêt-à-porter féminin située à Montréal. Elle a, par la suite, vécu quatre mois à New York, a travaillé pour la compagnie Rhié et est tombée en amour avec Williamsburg. À son retour, elle a lancé une ligne d’accessoires en cuir tanné végétal pour combiner son amour de la création et de la mode écoresponsable.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.