Par 

5 choses à ne pas oublier si vous vous lancez en affaires


C’est décidé, vous vous lancez en affaires. Dans un précédent billet publié sur la plateforme Lime, j’abordais quelques astuces pour gérer la comptabilité d’un travailleur autonome. Ici, je m’adresserai surtout à l’entreprise manufacturière, nos Bohos étant créatives et pleines de ressources pour percer ce marché.

Votre projet est bien défini et votre étude de marché démontre clairement un besoin du super produit que vous avez développé ou que vous souhaitez distribuer ? Vous êtes prête à consacrer à votre entreprise tout le temps et l’énergie nécessaire ? Si vos réponses sont « oui », voici maintenant cinq choses à ne pas oublier pour mettre toutes les chances de votre côté.

5 incontournables à considérer

La formation

Partir sur de bonnes bases est essentiel pour mener votre projet à terme et surtout, voir votre rêve devenir réalité. Sachez déjà que des formations sont disponibles pour vous aider à faire le grand saut dans l’entrepreneuriat puisqu’il vous faudra d’abord établir un plan d’affaires qui tienne la route, entre autres choses.

L’enregistrement

Il faut un nom à votre entreprise, quelque chose de précis et de distinctif par rapport à une éventuelle concurrence. Entreprises Québec fait état des règles à suivre dans le choix, mais aussi dans le respect de notre belle langue : le français. Vient ensuite le temps d’obtenir un numéro d’entreprise du Québec (NEQ) en procédant à son enregistrement auprès du Registraire des entreprises.

L’assurance

Lorsqu’on est fabricant, on se doit d’honorer les commandes signées. Vous souriez sans doute, pensant que cela va de soi. Seulement, qu’arrive-t-il si un sinistre ralentit ou arrête carrément votre chaîne de production pendant un temps donné ? Ou encore si votre produit fait face à un rappel ? Une bonne assurance manufacturier qui vous couvrira à 100 % est la réponse à vos questions. Bien sûr, on ne le souhaite à personne. Chacune connaît toutefois le dicton : « Mieux vaut prévenir que guérir », et en assurances, rien n’est plus vrai.

Le financement

Nécessaire à tout démarrage d’entreprise, mais aussi pour soutenir sa croissance et son développement, le financement peut prendre plusieurs formes, notamment celle des subventions. Vous pouvez être portée à vous tourner vers vos proches. Une bonne chose si l’un d’entre eux s’investit autant que vous dans l’entreprise, comme partenaire à part entière. Mais voyez ce qu’en dit la BDC lorsqu’elle fait état des sources disponibles. Heureusement, d’autres ressources existent, et pour compléter la liste dressée par la BDC, celle du Gouvernement du Canada risque de vous intéresser.

Le mentorat

Au démarrage d’une entreprise, on peut rapidement se sentir dépassée par les événements ou éprouver une certaine solitude face aux défis de gestion que ça représente. C’est là où l’appui d’un mentor ou d’un coach peut faire toute la différence. Avec lui ou elle, vous n’aurez pas l’air d’une extraterrestre lorsque vous ne porterez plus à terre en lui exposant vos bons coups. Il ou elle comprendra aussi vos coups de barre, ces jours où vous aurez envie de tout lâcher quand vos angoisses se feront plus pressantes.


Avec ceci, vous devriez être bien outillée pour vous lancer… sans vous essouffler ni perdre pied ! Et pour celles qui en veulent toujours plus, je vous invite à consulter Entreprises Québec, section Jeunes entrepreneurs, où vous trouverez une liste de concours, de programmes, de formations et de ressources offerts pour soutenir l’entrepreneuriat chez les jeunes entrepreneures telles que vous. Pour les 18 à 40 ans adeptes de réseautage, le moment sera venu de joindre une des jeunes chambres de commerce du Québec de votre région. Une belle occasion d’échanger trucs et astuces auprès d’entrepreneurs et d’entrepreneures comme vous !

Pour les références des images, vous pouvez cliquer sur chacune d’elles.

Référence de l’image à la une

À propos de moi

Caroline Barré est romancière, journaliste indépendante, réviseure, traductrice et photographe. Les Éditions Québec-Livres reprennent aujourd’hui son premier roman Assassine et sa série L’héritière de Salem, dont le 5e Tome, Les Mémoires d’Abigail, paraîtra à l’automne 2016. La conclusion de cette saga s’écrit à l’heure actuelle avec le 6e Tome : Doriane. Caroline rêvait d’écrire depuis son plus jeune âge. Outre sa soif de lire et son désir d’écrire, elle affectionne la généalogie et le jardinage. Son inspiration, elle la puise dans ses rêves, mais aussi dans les plantes dont elle ne pourrait se passer. Les mots qu’elle partage sont issus de son expérience de la vie, des réflexions tirées de ce que certains qualifient « d’enseignements », d’échanges et de lectures variés.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.