Par 

AMORGOS, Grèce : À la découverte de l’île du Grand Bleu


Amorgos est le nom d’une île de l’archipel des Cyclades en Grèce. Un toponyme qui sonne bien à mes oreilles, à la fois exotique et quelque peu romantique. En marge des sentiers touristiques de Mykonos ou de Santorin, l’île d’Amorgos se situe à l’extrême sud-ouest de l’archipel cycladien. Ses côtes très escarpées surplombant la mer Égée lui confèrent une beauté sauvage. On y trouve le fameux monastère Panagia Hozoviótissa accroché à la falaise. Il s’agit d’un des monuments ecclésiastiques les plus importants de Grèce.  Son histoire demeure mystérieuse, mais il aurait été fondé par l’empereur byzantin Alexios I Kommenos en 1088. Sa construction aurait servi à préserver une icône de la Vierge Marie. L’île est parsemée de plages désertes  et de criques à l’eau claire. L’île offre la possibilité de parcourir de nombreux sentiers panoramiques. L’endroit s’avère idéal pour des vacances relaxantes.

ANN

Le monastère Panagia Hozoviótissa

Toutes ces caractéristiques suffisent pour justifier une visite de l’île. Cependant, j’ai choisi Amorgos pour une raison bien spéciale.  À la fin des années 1980, c’est ici qu’on y a tourné Le Grand Bleu. Le scénario mélodramatique de ce film ne constitue pas son attrait principal, mais c’est plutôt le milieu peu connu de la plongée en apnée dans lequel on est littéralement plongé qui fascine. On découvre ce sport à travers l’histoire en partie vraie de deux apnéistes rivaux : Jacques Mayol et Enzo Maiorca (rebaptisé Molinari dans le film).

 

AL3

Jacques et Enzo dans le film Le Grand Bleu

 

Alors que j’étais encore petite, c’est grâce à ce film que je découvre la plongée sans bouteille. Cependant, j’ai  réellement commencé à pratiquer la plongée en apnée lors d’un voyage en Indonésie, il y a deux ans. Avant cette date, je ne savais pas qu’on pouvait suivre des cours et apprendre à plonger de manière sécuritaire. L’apnée est avant tout une découverte de soi à travers ses limites physiques, mais surtout mentales. Car pour retenir son souffle pendant de longues minutes, une bonne préparation physique n’est pas toujours suffisante, il faut ajouter des exercices de relaxation et de visualisation qui aideront grandement. Pour moi, l’apnée est le meilleur moyen de ralentir, car la pratique de ce sport oblige à se restreindre au moment présent. Je pratique ce sport d’abord pour le plaisir et pour les sensations uniques que cela procure.

Le mois dernier, j’ai eu la chance d’être invitée à juger une compétition dans la ville de Kalamata en Grèce. C’est là que je fais la rencontre de Pascal, un athlète suisse qui me propose alors de se rendre sur l’île du Grand Bleu avec quelques autres apnéistes comme dans une sorte de pèlerinage, mais également dans le but de s’entrainer.  Visiter Amorgos faisait déjà partie de mes plans de voyages, mais je ne pensais pas avoir l’opportunité d’y aller avec un groupe d’apnéistes!

Départ depuis le port de Rafina pour prendre le bateau rapide vers Amorgos. La traversée dure un peu plus de cinq heures. Le voyage se passe bien et nous retrouvons même le sommeil perdu. Arrivés au port de Katapola, nous gagnons notre pension située dans les hauteurs de l’île, au cœur du charmant village de Chora. Tels beaucoup de villages de Cyclades, Chora est caractérisé par ses maisons blanches, ses ruelles tortueuses et ses places toutes aussi charmantes les unes que les autres.

 

AN4

Les jolies ruelles de Chora

 

Dès installés, nous nous rendons à la plage d’Agia Anna afin de faire du repérage. En direction du monastère, nous prenons à droite. Le site est magnifique ! Nous trouvons une petite plage en contrebas ainsi que le Big Blue Café offrant une vue panoramique depuis le haut de la falaise. On remarque également une chapelle surplombant la mer. Transformée en la maison du jeune Jacques Mayol, celle-ci a servi de lieu de tournage dans le film Le Grand Bleu.

 

AN5

La petite chapelle d’Agia Anna

 

Notre objectif est d’installer une bouée d’amarrage qui nous permettra de plonger  plusieurs jours de suite au même endroit. Nous devons quand même nager pendant plusieurs minutes pour atteindre un site assez profond, mais la mer est calme et la visibilité excellente.  La couleur de l’eau est d’un bleu profond ! Le vrai grand bleu !

 

AN6

L’installation de la bouée d’amarrage

 

Le jour suivant, nous retournons sur le site et plongeons pendant deux bonnes heures. Le troisième jour, Kate, arrivée pendant la nuit, se joint à nous pour l’entrainement. Nous effectuons notre yoga matinal et exercice de respiration, puis prenons la route. Cette fois-ci, il vente beaucoup et nous nous retrouvons avec des petites vagues en surface. Cela devient plus difficile de se relaxer dans ces conditions.

 

AN7

Vue depuis le Big Blue Café

 

Malgré la houle, nous effectuons  tout de même quelques plongées chacun.  À l’heure du diner, nous nous rendons au port de Katapola. Attablés à un restaurant de fruits de mer, nous faisons l’heureuse rencontre du propriétaire de l’endroit qui s’avère être un chasseur sous-marin ! En apprenant qu’il est en face de quatre apnéistes, ils sortent une carte de l’île et nous énumèrent les  différents sites de plongée autour de l’île.  Il est tellement passionné par la conversation qu’il en oublie de prendre notre commande !

 

AL8

Port de Katapola

 

Nous repartons repus en promettant de nous joindre à lui pour faire un tour de l’île sur son bateau dans le but de découvrir des sites peu accessibles à pied. Après trois jours sur place, nous sommes tous d’avis que les habitants de l’île sont particulièrement aimables. Nous avons déjà le coup de foudre pour cette île paisible et magnifique !

 

Référence image à la une: Pinterest

Les photos sans une référence appartiennent à Anne-Louise Fortin

À propos de moi

Anne-Louise a toujours eu l’envie insatiable de découvrir le monde. Elle saisit toutes les occasions pour assouvir sa passion. Pour elle, le voyage est prétexte à la rencontre de l’autre, mais également à la découverte de soi. Elle affectionne tout particulièrement les séjours en solitaire pour la liberté et l’ouverture à l’autre que cela procure. Elle apprend le castillan en Espagne, étudie l’ethnologie au Mexique, enseigne les arts du cirque au Burkina Faso et dirige des tournées au Brésil. Lors d’un séjour en Indonésie, Anne-Louise se découvre une passion pour la plongée en apnée. Sonder les profondeurs du Grand Bleu est devenu une nouvelle manière de voyager, d’explorer. Anne-Louise possède une vision très holiste de la vie. Sa nature curieuse et versatile la pousse à essayer plein de nouvelles choses et à échanger sur des sujets divers. Elle demeure une éternelle étudiante, mais c’est en voyageant qu’elle fait ses meilleurs apprentissages. Quand elle n’est pas sur la route, Anne-Louise est gestionnaire culturelle et affectionne particulièrement les arts du cirque, la danse contemporaine, la musique du monde et les arts visuels. Elle pratique également le yoga et a complété récemment sa formation de professeur au studio Wanderlust de Montréal. Comme collaboratrice chez BOHOS, elle souhaite partager ses expériences nomades et ses découvertes tant anciennes que plus récentes.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

Portrait d’une Bohos – Andy Dubois
10-25-2016
Voyagez, volez, sentez et vivez
09-16-2016
Douceur germanique
06-15-2016
Par monts et par vaux
11-20-2015
À la croisée des chemins
10-28-2015
À la découverte du Sud-Ouest
10-07-2015
Petits plaisirs californiens – Mes découvertes aux alentours de San Francisco
09-20-2015
Petits plaisirs californiens – Mes découvertes aux alentours de San Francisco
08-10-2015
Souvenir de voyage : Aloha !
05-27-2015

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.