Par 

Blossom : la concrétisation d’une vision et d’une passion


Connaissez-vous Blossom : L’atelier d’agriculture urbaine ? Il est fort possible que non puisque ce projet est fraîchement débarqué sur le Web. Un beau petit bijou en ce début d’année. J’ai rencontré l’instigatrice du projet, Laura, enfin d’en découvrir un peu plus sur son projet et de parler agriculture.

Le changements à pleines mains 

Blossom : un projet en floraison

Blossom est une plateforme Web dont l’objectif premier est d’offrir du contenu, des outils, et surtout, de donner envie aux gens, principalement en milieu urbain, de plonger dans le monde de l’agriculture. Sa mission est éducative et récréative. Avec son projet, Laura désire démystifier et rendre accessible le travail de la terre chez soi ou dans son environnement proche. Par ce retour aux sources, elle voit une façon de prendre du temps pour soi, mais aussi d’être acteur et observateur de la beauté et de la force de la nature. Blossom est un « assistant » permettant aux gens d’expérimenter, dans le plaisir, l’agriculture à petite échelle. Il devient un prétexte pour les inciter à cultiver et les sensibiliser à leurs habitudes de consommation.

Pour l’amour de l’agriculture

Laura

D’abord formée en études politiques et sociales, Laura sent l’appel de la terre. Contrairement aux études, les travaux manuels ne sont pas toujours valorisés. Ils nous renvoient souvent une image archaïque de la vie. Pourtant, ce retour à la terre a permis à Laura de se trouver et de faire vivre une passion. Suite à la lecture du livre Permaculture : Guérir la Terre, nourrir les Hommes, de Perrine et Charles Hervé-Gruyer, elle part suivre une formation spécialisée sur la permaculture directement auprès des auteurs, à la Ferme du Bec Hellouin, en France. Elle ne le sait pas encore, mais il s’agit des balbutiements de Blossom.

 

Profil Sylvain Pouzet

Laura se nourrit, littéralement et figurativement, de l’agriculture. Elle y retrouve son sens de la collectivité et son rapport au vivant. Dans le tumulte de la vie, des actions telles que jardiner, cultiver la terre et créer de ses mains mettent en perspective notre essence en tant qu’être humain. Elles permettent de nous émerveiller, d’accéder à notre sensibilité et de prendre le temps. La nature ne va pas au rythme des tendances, du marketing ou de la performance. Elle suit son cours tout simplement. Elle nous accorde aussi ce privilège lorsqu’on s’y attarde. L’agriculture est une façon simple et à la portée de tous de s’apaiser, de s’enraciner et de relativiser son quotidien dans un processus authentique, vrai, concret.

De la campagne à la ville

Green House Concordia 

L’engouement pour l’agriculture urbaine est bien présent à Montréal. Selon un sondage effectué en 2013 auprès de la population de l’île, 42 % des ménages montréalais adopteraient cette pratique. Plusieurs formations professionnelles sont aussi offertes comme celle de Greenhouse de Concordia pour la City Farm School. Divers organismes, comme Crapaud  de l’UQAM et Miel Montréal, ont vu le jour en raison de l’effervescence et de l’intérêt de la communauté envers l’agriculture et ses défis. En parlant de défis, j’ai demandé à Laura de me partager les menaces du milieu. Un des premiers défis est l’accessibilité à des aliments de qualité pour les plus démunis. Plusieurs organismes et jardins communautaires en ville donnent des opportunités, mais le manque de budget et d’espace est problématique. Le second challenge est l’extinction prochaine des abeilles, pollinisateurs importants dans la diversité et la prolifération des aliments. Selon Laura, il est essentiel de sensibiliser la population à ces problématiques. Comme les organismes précités, Blossom est un premier pas vers cet éveil collectif et l’autonomisation de nos actions.

Instagram

Il y aurait tellement à dire suite à ma rencontre avec Laura. Cette jeune femme passionnée et impliquée communique de façon contagieuse ses connaissances, son expérience et son amour pour la terre. Pour en savoir davantage sur son travail, suivez-la sur ses différentes plateformes (voir liens plus bas). Son projet est tout nouveau, mais ses ambitions sont grandes : rencontrer les acteurs du milieu (elle développe présentement le projet « Portrait » sur son site Internet), voyager afin de découvrir diverses pratiques et techniques, participer à la révolution de l’agriculture urbaine, etc. Inspirant ! Pour ma part, malgré mon manque flagrant d’espace, elle m’a motivée à m’acheter un petit plant de tomates ou de piments à mettre dans ma cuisine ! Et vous, habitants de la ville, quel est votre rapport à l’agriculture ?

Pour suivre Laura et son projet : Site internet, Instagram et Facebook.

 

À propos de moi

La danse fait partie intégrante de la vie de Marie-Pier. Initiée très jeune, elle se dirige professionnellement vers l’enseignement de la danse et intègre, suite à sa formation en Danga, la pratique du yoga à sa pédagogie. La technique est primordiale pour elle, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Elle désire aider les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger. Marie-Pier adore écrire, c’est pourquoi elle collabore à la rédaction de billets pour Bohos.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.