Par 

À mon sens – Le goûter : L’art de savourer


Pour ceux et celles qui me connaissent bien, j’adore manger ! En fait, manger est un des grands plaisirs de mon quotidien. Si je le pouvais, je mangerais constamment. On est ce que l’on mange, dit-on ? Alors, je suis un peu n’importe quoi à tendance italienne ! Pour ce dernier article sur les sens, je vous invite à plonger dans l’univers du goûter, mon sens fétiche ! Il sera question de bouffe tout simplement, mais aussi de l’art de savourer… pleinement.

savourer1

localmilkblog

Manger est essentiel à la vie. C’est un besoin primaire. Cependant, nous oublions qu’à une certaine époque et que présentement dans certains pays, se procurer de la nourriture était et est une tâche ardue. Nous sommes choyés d’avoir accès facilement à de la nourriture et d’autant plus, à de la qualité. Varier son assiette, accéder à des produits frais et mélanger les saveurs sont des privilèges pour les êtres vivants et gourmands que nous sommes.

feuilles

localmilkblog

N’est-il pas agréable de stimuler notre palais avec des accents exotiques ? De se laisser surprendre par la particularité d’un aliment ou par la beauté d’un plat ? Avoir « l’eau à la bouche », avoir cette excitation de finalement goûter à ce qui se trouve devant nous ou de rassasier cette faim qui nous tenaille. Prenez-en conscience quelques instants. Ce petit amoncellement de « choses » qui se trouve devant vos yeux, avec ses couleurs, ses textures, ses odeurs, soudainement se révèle pleinement à vous. Des saveurs qui, quelques secondes à peine auparavant, gardaient secrètement leurs charmes. Fascinant, non ?

food2

gillianstevensphotography

Notre rapport à la nourriture est différent d’une personne à l’autre. Certains ont des expériences négatives ou des rapports malsains avec la nourriture alors que d’autres, comme moi (vous l’aurez deviné), vivent une histoire d’amour avec la cuisine. Je pense aussi à ces chefs qui ont une passion pour leur métier, un respect pour les aliments qu’ils travaillent et un ventre toujours prêt à accueillir la prochaine bouchée. Je pense avoir manqué ma vocation !

Je me suis souvent demandé si nous avions tous la même sensibilité au goût. Est-ce qu’une orange a le même goût pour vous que pour moi ? Qu’est-ce qui provoque en moi ce sentiment d’euphorie lorsque je m’apprête à manger alors que chez d’autres, c’est le calme plat, l’indifférence totale et peut-être même le dégoût ? J’aime penser que la nourriture doit être chérie. Oui, pour son côté vital, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans la lignée d’un rituel. Elle est représentative de notre culture. Elle évoque un partage avec la terre. Elle est synonyme de communauté et de bons moments partagés. Se procurer des aliments, les cuisiner, les offrir aux autres et à soi. Se rassembler autour d’une table, discuter, rire et se délecter.

vin

purewow

Se délecter, autant au sens propre qu’au sens figuré, n’est-ce pas merveilleux comme concept ? On nous lance constamment de savourer le moment présent, de profiter des choses simples de la vie. Le faisons-nous ? Si oui, le faisons-nous assez ? Autrement, est-ce réellement de notre faute ?

L’expression « avoir le bonheur facile » est révélatrice. Le bonheur se cultive, mais il faut savoir le savourer. Cela s’avère une tâche plus compliquée qu’elle n’y paraît. Comme apprécier « un carré blanc sur fond blanc ». Il faut avoir des connaissances dans le domaine, des expériences passées sur lesquelles se comparer, faire la différence entre ce que l’on attend, ce que l’on apprécie et ce qui est vraiment. Dans l’émotion, tout peut paraître intense et vrai. Lorsqu’on prend du recul, lorsqu’on devient observateur ou analyste d’une situation, il est plus facile d’en ressentir les subtilités et de mettre le tout en perspective.

girls

domino

La vie est faite d’imperfections. Aussi bien l’accepter. Nous ne pouvons pas tout contrôler puisque la vie est faite d’inconnus. En sachant que tout ne roulera pas comme sur des roulettes, que des imprévus, heureux comme malheureux, pourront se présenter sans invitations, que demain est une fenêtre ouverte sur des possibilités infinies, nous pourrons trouver une tranquillité d’esprit. Le stress est une grande entrave à l’émancipation du bien-être. C’est avec cette tranquillité d’esprit qu’il sera plus facile de s’adonner aux petits moments de bonheur. Ne vous laissez pas berner cependant ! La tâche reste en soi un défi. Toujours est-il qu’avec les défis, c’est en s’entraînant, en cultivant ses tapas, que ceux-ci se transforment en habitudes. Alors, à vos couteaux !

Avec l’automne qui se pointe le bout du nez, je vous souhaite bon appétit. Mordez à pleines dents dans la vie et dans vos plats! Profitez de la fraîcheur qui s’installe pour vous concocter de bons repas mijotés et réconfortants. Le dimanche matin, emmitouflez-vous devant un bon film, seul, en famille ou en amoureux. Dans ces moments, fermez les yeux et prenez le temps d’apprécier. Nourrissez-vous de ces précieuses occasions pour cultiver votre bonheur à long terme. Bientôt, vous serez l’artiste de votre vie.

Référence de l’image à la une: unsplash

À propos de moi

La danse fait partie intégrante de la vie de Marie-Pier. Initiée très jeune, elle se dirige professionnellement vers l’enseignement de la danse et intègre, suite à sa formation en Danga, la pratique du yoga à sa pédagogie. La technique est primordiale pour elle, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Elle désire aider les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger. Marie-Pier adore écrire, c’est pourquoi elle collabore à la rédaction de billets pour Bohos.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.