Par 

Mon drishti de l’automne


Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je suis à préparer mon automne. En fait, plus particulièrement, le début de mon automne.

J’aime habituellement gérer mon horaire par trimestre, autant pour mon travail que pour ma vie personnelle. Je me mets des objectifs et je tente le plus possible de les respecter. Cette fois-ci, je m’en tiendrai au mois de septembre et d’octobre. Novembre sera le début d’un nouveau cycle.

Si j’ai la qualité d’être une personne extrêmement créative et organisée, c’est aussi un défaut dans mon cas, du moins, un point à améliorer : j’ai mille idées et ma volonté de bien faire dans les temps et de la bonne manière m’amène souvent à m’oublier au détour. C’est donc le sommeil, souvent, qui en pâtit. Et puis souvent, certaines choses restent longtemps sur la tablette, du moins plus longtemps, car de nouveaux projets se pointent le bout du nez.

Ces projets, qui prennent le dessus, sont souvent très stimulants et ont des échéances. Avec tout ça, j’oublie un élément fondamental : mon drishti.

Oui, comme en yoga, cette concentration, cette présence d’une asana à l’autre. On focalise notre attention, on la dirige sur un point en particulier (bout du nez, ciel, sol, nombril, doigts, orteils, etc.) L’esprit, ainsi, se calme et se recentre. Il ne se laisse pas accaparer par le bruit ambiant, ce qui se passe dans la maison ou dans la salle de yoga. Il est là, il est dans la posture.

Cet exercice d’attention, on peut évidemment le vivre hors de notre tapis. En fait, on fait du yoga pour intégrer ces notions dans notre quotidien. C’est donc tout à fait indiqué. On peut nourrir notre vie de cette attention, de cette focalisation. L’esprit, ainsi, se calme et fait ce qu’il a à faire. Exit les distractions qui nous empêchent de nous focaliser.

Pour mon automne, j’ai décidé de me concentrer sur des projets qui sont sur la tablette depuis un petit bout. J’ai aussi choisi de faire un blitz boulot et d’organiser certains volets plus administratifs de ma vie. De prochaines étapes suivront, mais je sais que je dois maintenir mes efforts de concentration sur des points qui sont fondamentaux à la suite des choses. Même si j’aurai parfois envie de changer de point de focalisation (et de posture) — j’y resterai.

Deux mois où je déposerai ma concentration, ici et maintenant, avec ma liste bien simple, mais amplement nourrissante de défis. Et comme une posture que l’on tient sur son tapis avec un point de concentration, je passerai à autre chose quand novembre se présentera à moi.

Et vous, comment gérez-vous votre chemin vers l’automne ? Intégrez-vous la notion de drishti à votre quotidien ?


Photo à la une: http://ellesappelleblog.blogspot.ca/

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.