Par 

Une nuit dans un ryokan à Kyoto


Le Japon, c’est un savant mélange de traditions et de nouveautés, et c’est ce qui rend ce pays fascinant, entre autres. Je vous ai d’ailleurs parlé de ma magnifique expérience dans un onsen, lors de notre arrivée sur l’île principale du Japon. C’est un lien très important avec la tradition que j’ai eu la chance de vivre.

Après une incroyable découverte de l’île d’Okinawa, nous avons fait le parcours en train de Fukuoka, en passant par Hiroshima, pour finalement arriver à Kyoto.

Kyoto, c’est l’une des villes qui fut — fort heureusement pour elle (et pour ses habitants) — épargnée par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Plus chanceuse que ses petites sœurs Nagasaki et Hiroshima, elle fut sauvée in extremis même si elle figurait en tête des cibles désignées. Considérant qu’elle serait un obstacle grave à une réconciliation ultérieure avec le Japon, le secrétaire à la Guerre des États-Unis, Henry Lewis Stimson, et le français Serge Elisseeff l’écartèrent des cibles.

C’est pourquoi Kyoto a encore son statut de ville traditionnelle avec ses quelque 2000 temples, ses sanctuaires, ses palais et ses jardins bouddhistes, zen et shintoïstes.

Amoureuse depuis toujours de ces philosophies, de ces empreintes spirituelles, je m’y sentais étrangement chez moi. Malgré les hordes de touristes, on y ressent un grand calme et beaucoup de douceur. Les jardins et les espaces verts sont immenses. L’heure est bien souvent à la contemplation.

C’est d’ailleurs à Kyoto que l’on peut trouver une grande quantité de ryokans, ces auberges traditionnelles. C’était ma demande spéciale. J’ai toujours adoré manger et dormir par terre. #pasuneblague


Nous avons donc trouvé un petit bijou tenu par des gens extraordinaires. Situé sur une petite rue, Luck You est un joyau en son genre. Une machiya, plus précisément : une maison en bois typique japonaise.

Nous sommes arrivés par une très chaude journée d’été dans un endroit frais à souhait et formidablement tenu : souriantes, organisées, nos hôtes nous ont servi thé froid et petites confiseries japonaises pour débuter notre séjour.

Tout à l’intérieur est franchement magnifique. La salle à manger commune, offrant thés et tisanes, est placée à la perfection et donne sur un trop beau jardin sec intérieur — mes préférés. Les meubles sont tous en bois riche et on a même accès à un Mac dernier cri. C’est d’ailleurs ces clashs que je trouve incroyables. J’étais si heureuse de me retrouver là que j’étais déjà triste de savoir que j’allais n’y passer qu’une nuit. Un boost d’émotions, je présume.

Référence de l’image

La chambre n’a rien à envier au reste du ryokan. Le design, signé par un architecte japonais du nom de Yasuhiro Uchida, propose à la fois toutes les commodités d’aujourd’hui, mais avec l’empreinte japonaise : matériaux nobles, minimalisme, douceur et structure. Le tout en continuité avec les espaces communs.

Le temps de prendre notre douche et de nous installer et nous partions déjà à la découverte de Kyoto : visite d’un temple shintoïste, marche dans les rues typiques où l’on peut trouver des maisons de geishas (je vous en parlerai plus tard) et rues plus modernes et achalandées. Notre ryokan nous appelait de nouveau le soir venu.

De retour, on a pu trouver nos futons bien installés au sol (ils nous préparent nos lits durant notre absence), nos couvertures et un éclairage tamisé qui amène à la détente. Les pyjamas kimono sont même offerts.

Référence de l’image

Et pour ceux qui sont sensibles du dos, sachez que, de façon très surprenante, ces futons sont fort agréables. J’ai extrêmement bien dormi.

Le lendemain matin, c’est un déjeuner traditionnel composé de riz, d’une soupe miso, de sandwichs, de légumes et d’une pâte fourrée qui ressemble à des beignes (les préférés de mon amoureux). Thé et café inclus. On mange à la grande table ou, si on la chance (comme nous !), à la table basse donnant sur ce petit jardin que j’avais plaisir à contempler.

Comme nous parcourions plusieurs destinations, je ne suis restée qu’un soir, mais je compte bien y retourner pour faire plus ample connaissance avec Kyoto, mais aussi retrouver ce ryokan pour lequel j’ai eu un véritable béguin.

À suivre !


Pour lire mes billets sur le Japon : Fuseau horaire / Onsen, l’expérience / l’Asie, la chaleur et les vêtements

Référence de l’image à la une

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.