Par 

Cher journal


Petite, j’avais un journal intime. Tous les soirs, j’y décrivais ma journée, comment je m’étais sentie, quand j’avais vu ma maman pour la dernière fois et quand j’allais la revoir — mes parents étaient séparés — et j’écrivais aussi à ma mère tous les jours. Ma relation avec l’écriture a toujours agi comme une relation d’amitié, comme une meilleure amie. Encore aujourd’hui, quand je vis plus d’embûches, mon premier réflexe, c’est d’écrire.

L’écriture est une méthode pour garder sur papier des idées, des traces d’un voyage ou les débris d’une relation passée. Elle sert à se défaire d’une émotion, à ne pas oublier une pensée soudaine nocturne ou à se réfugier entre deux lignes pour y coucher nos sentiments.

Journal intime

Le journal intime est un endroit où nos émotions ont le droit d’être ce qu’elles veulent. Il peut nous permettre de comprendre nos émotions, comment on les vit et, surtout, il sert de repère où nous pouvons être nous-mêmes avec nous, en toute honnêteté. C’est une place où l’on peut se mettre à nu sans que personne ne regarde ni ne juge. Le journal intime nous entraîne dans un espace de méditation, de réflexion et d’introspection. Il s’avère être le meilleur ami de la guérison.

Journal de bord

Partir loin, découvrir et être chamboulée… Le journal de bord permet de documenter un voyage, une péripétie, un nouvel emploi. Il sera un allié. Il peut remplacer l’appareil photo et bien garder par écrit chaque souvenir.

Journal créatif

Noter, dessiner, épingler. Le journal créatif est le précurseur de Pinterest. C’est là qu’on met les idées, les retailles de tissus, de cuir, les images inspirantes, le petit dessin qu’on avait fait dans le métro en regardant le vêtement d’une dame assise en face de nous. Le journal créatif permet de ne perdre aucune idée. Il est là et n’attend qu’à être feuilleté quelque temps plus tard. Il est l’allié de la création, on peut y revenir à tout moment pour y dénicher des idées passées. C’est une quête d’inspiration personnelle.

Il ne s’agit pas de commencer un journal, mais bien de l’entretenir. Il n’y a pas de moment propice pour commencer à écrire. Le matin, un café à la main, les premières idées se font aller sur les pages blanches. Le soir, avant d’aller dormir, y étaler ses émotions ressenties au cours de la journée afin de mieux dormir et d’être sereine.

Pour écrire

Que ce soit Baltic Club, Muji ou Moleskine, il faut choisir un journal qu’on aime. La qualité du papier, le glissement du crayon sur les pages, voilà la recette à la naissance d’une œuvre écrite. L’outil le plus important : le crayon — encre ou plomb. Même s’il est effaçable, n’effacez rien. Tout est bon, même les idées les plus pourries !

Pour écrire, il faut choisir un endroit propice, un coin chouchou, comme un repère. Le vieux fauteuil dans le coin de la pièce, la table de cuisine ou le café du quartier. Le moment jouera pour beaucoup. Prenez le temps de vous asseoir et d’y laisser danser la main et l’esprit.

Quelques sujets pour commencer

Le froid. Le bonheur de pouvoir retrouver sa famille autour d’un souper quand Noël arrive. La naissance. Les saveurs d’un dernier repas. Votre intimité. Votre relation amoureuse. Vos meilleurs moments entre amis.

Référence de l’image à la une: : Pay Decor

À propos de moi

Marie-Anne aime les espaces vides, les photos Instagram et le café. Elle aime s’éparpiller, dessiner et faire naître de nouvelles idées. Son atelier est le repère de sa créativité. Elle est designer d’accessoires en cuir tanné végétal essentiels à la vie quotidienne. Elle a commencé comme aide-designer chez Betina Lou, une ligne de prêt-à-porter féminin située à Montréal. Elle a, par la suite, vécu quatre mois à New York, a travaillé pour la compagnie Rhié et est tombée en amour avec Williamsburg. À son retour, elle a lancé une ligne d’accessoires en cuir tanné végétal pour combiner son amour de la création et de la mode écoresponsable.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.