Par 

Introduction au mouvement où quand la danse entre dans votre vie


Chaque semaine, j’ai le privilège de retrouver différents groupes d’individus qui, comme moi, partagent une passion : la danse. En fait, je devrais dire « le mouvement », car au-delà de la danse, c’est d’abord et avant tout le plaisir de bouger qui les allume. J’enseigne la danse depuis près de 17 ans et mon œil de professeur n’a cessé d’évoluer. Autant à mes débuts j’aimais mettre l’emphase sur la création chorégraphique, autant aujourd’hui je suis captivée par l’évolution de mes élèves, mais aussi par leur grande ouverture d’esprit.

balletforadults.com

Depuis maintenant un an et demi, je grandis avec un groupe d’adultes débutants au Studio Fleur d’asphalte, des adultes ayant dansé il y a longtemps ou encore de tous nouveaux adeptes. Cela faisait un certain temps que je n’avais pas touché à ce type de groupe. En effet, depuis quelques années, mon enseignement est davantage axé sur des groupes d’adultes avancés ayant déjà une excellente base technique et ayant suivi, de façon plutôt constante, des cours au fil des années. Ce nouveau groupe me replonge à mes débuts en tant que jeune danseuse ; la découverte de cet art, le potentiel du corps, et surtout du mien, le plaisir de se retrouver, en gang, dans un studio, et simplement de danser. Ce qui m’impressionne le plus, c’est leur capacité d’outrepasser la gêne des « non-initiés » et leur confiance envers le processus. Lorsqu’on commence la danse étant enfant, la pratique est souvent perçue comme un jeu. En grandissant et en acquérant les compétences techniques nécessaires, un certain sentiment de performance s’installe. Adultes, peu importe les lacunes et les forces acquises à travers notre cheminement, nous sommes confiants lorsque nous entrons dans une classe de danse. Qu’en est-il lorsque, adulte, on se lance ce défi personnel alors que nous n’avons aucun repère et aucune connaissance de la pratique ? Qu’est-ce qui les motive et surtout, qu’est-ce que cela crée en eux ?

Hazteatro

J’ai interrogé trois élèves de mon groupe débutant. Malgré quelques initiations à la danse par le passé, la majorité d’entre eux étaient davantage actifs dans le milieu de la mise en forme/bien-être : cours de yoga et Essentrics particulièrement. Leurs motivations à se mettre à la danse ? Prendre contact avec leur côté créatif et s’exprimer, dialoguer par le corps. Ces deux prémisses sont fort intéressantes à mes yeux. Sans même avoir commencé la pratique, le désir d’extériorisation était déjà présent. Leur corps et leur personnalité avaient plus à partager, et ce partage se faisait ressentir au-delà des mots, au-delà de l’intellect. C’est bel et bien le pouvoir de la danse ; laisser aller des émotions, des désirs sans justification ni jugement, à travers l’implication du corps en mouvement. Ce n’est pas uniquement de l’exécution ; c’est la connexion du souffle au corps, à la musique et au mouvement, une réappropriation de son espace personnel (autant intérieur que corporel) et surtout être dans le moment présent, vivre une expérience.

margarethowell

Ce dernier aspect les encourage à poursuivre leur démarche artistique. Danser peut s’approcher de la méditation. Concentrée sur les enchaînements, sur les sensations, la tête prend relâche au profit du corps. Le plaisir fait aussi partie intégrante de leur pratique. Pas de pression. Le sentiment de performance n’est pas au rendez-vous. Au contraire, ils recherchent l’exploration et la compréhension du corps en mouvement. Ce plaisir à bouger, sans attente de performance, leur permet d’évoluer plus rapidement, de prendre confiance en eux et d’aller chercher un sentiment de détente général. Une excellente forme de thérapie, quoi !

Le plus merveilleux dans tout ça est que la plupart d’entre eux percevaient la danse comme une pratique inaccessible. Des mots comme compétition, excellence, expérience, ambition résonnaient en eux. Pourtant, ils se sont vite aperçus que danser représentait beaucoup plus que cela. Danser, c’est laisser vivre et parler une partie de soi. Chacun est unique. Malgré un besoin d’unicité dans son ensemble, le mouvement est différent d’une personne à l’autre. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Particulièrement en classe où oui, la technique est primordiale pour éviter les blessures, gagner en force et rendre les propositions chorégraphiques. Reste que l’essentiel est de pouvoir bouger dans l’aisance, la confiance et le plaisir. Apparemment, cela laisse des traces dans la vie de tous les jours…

liveauctioneers

Je les sens à chaque fin de cours, cette effervescence, ce sentiment d’accomplissement personnel et ce grand sentiment de bien-être dégagés par mes élèves. Rien ne me fait plus plaisir. Dans ma tête, danser est un retour à soi, à ses racines profondes. La barre est parfois difficile à franchir, car il n’est pas toujours facile de plonger au fond de soi. Alors, allons-y un pas de chat à la fois. Comme pour le phénix, la renaissance n’en sera que plus agréable. Croyez-moi, j’en ai des preuves quotidiennes chaque semaine !

Pour vous initier à la danse ou revenir aux sources, voici mes cours actuellement offerts à Montréal :

Contemporain débutant

Jeudi 18 h

Studio Fleur d’asphalte

Jusqu’au 22 juin 2017

///

Jazz moderne intermédiaire avancé

Lundi 19 h 30

Studio Bizz Iberville

Jusqu’au 19 juin 2017

À propos de moi

La danse fait partie intégrante de la vie de Marie-Pier. Initiée très jeune, elle se dirige professionnellement vers l’enseignement de la danse et intègre, suite à sa formation en Danga, la pratique du yoga à sa pédagogie. La technique est primordiale pour elle, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Elle désire aider les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger. Marie-Pier adore écrire, c’est pourquoi elle collabore à la rédaction de billets pour Bohos.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.