Par 

Comment pratiquer le yoga stratégiquement quant il fait TRÈS chaud ?


Rester en forme et cultiver sa pratique de yoga sous la chaleur semble être moins motivant en cas de températures extrêmes. De plus, avec les mesures « après-COVID », l’accès facile et rapide à des lieux intérieurs climatisés n’est pas toujours possible. 

Alors, comment si prendre quand tu as un profil de type « besoin de bouger, de respirer et de me recentrer pour me sentir bien » et que ton application météo indique « feels like 37 °C » jusqu’à la fin de la semaine ?

Voici ce qui m’aide (BEAUCOUP) :

1. Bien se préparer: 

  • prendre une douche froide avant la pratique, 
  • porter des vêtements très aériens pour une transpiration saine,
  • aérer la pièce (si vous êtes dehors, évitez l’exposition directe au soleil),
  • m’hydrater de manière constante,
  • acclimater mon corps en l’exposant à la chaleur pendant plusieurs jours dans une intensité d’exercices relativement faible,
  • pratiquer très tôt le matin ou avant 11h, et, plus tard le soir,
  • surveiller le taux d’humidité car il s’agit d’un facteur d’épuisement du corps. En cas de taux trop élevé, il est préférable de pratiquer dans des espaces climatisés ou de remettre son entraînement ultérieurement.

2. Orienter sa pratique : 

La chaleur amène plus de confort pour le travail de mobilité et de flexibilité. Il est tout de même essentiel de se réchauffer correctement. Profitez-en pour vous améliorer dans :

  • vos extensions arrières,
  • la flexibilité des ischiojambiers, des épaules et des hanches (pour ne citer que ces parties du corps)
  • la mobilité de votre colonne vertébrale (torsions douces et flows),
  • si vous pratiquez plus tard en soirée, mettez l’accent sur un travail de flexibilité et des mouvements doux, du yin ou encore du restaurateur plutôt que des extensions arrières et des torsions actives.

 

 

3. Adapter le travail de renforcement:

  • se reposer avant d’aborder les exercices de renforcement (petit savasana),
  • réduire l’intensité et éviter donc les surpassements. Pensons constance plutôt qu’épuisement,
  • prendre des pauses plus longues en respirant naturellement,
  • ralentir la vitesse d’action. Bouger lentement dans les flows (slow flows) et privilégier la tenue des poses plutôt que la répétition de mouvements rapides

www.alexandraadenor-yoga.com

@alexandra.adenor.yoga


Crédit des photos: @hababphotographie

À propos de moi

Une passion en amenant une autre, la danse a éveillé ma curiosité pour le yoga jusqu’à finalement me pousser à entreprendre un voyage au cœur même de la discipline. Et là… coup de foudre retentissant avec une philosophie, un état d’être subtil, poétique et d’une beauté incommensurable qui nous pousse, en tant qu’être conscient, à nous élever davantage, à mieux nous connaître pour finalement vivre en paix d’abord avec nous-mêmes, puis avec notre environnement. Originaire de l’île de la Réunion, je suis actuellement basée à Montréal où j’enseigne le hatha, le vinyasa et le yin yoga à différents studios que j’affectionne tout particulièrement pour la qualité et la sensibilité de leur équipe.

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

Développer sa pratique de yoga à la maison
04-02-2018
Routine beauté : Annie Langlois
05-28-2017
Un esprit sain dans un corps libre
10-30-2016
Mes vidéos coups de coeur de Mylène Roy
10-03-2016
De la visite de l’Inde à Montréal
09-07-2016
La commercialisation du yoga
08-12-2016
En mode Jeslow pour de VRAI !
04-18-2016
#Trouvetonéquilibre avec Pop Spirit !
02-05-2016
Le Studio Rebel, un endroit de distinction style « bohos »!
11-30-2015

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.