Par 

Connaissez-vous l’acupuncture ?


Vous avez tous sans doute ouï prononcer ce mot une fois, que ce soit dans la bouche d’une de vos connaissances adeptes de cette thérapie ou dans les magazines. Définie comme « une méthode traditionnelle orientale dont le but est d’améliorer la santé ou de soulager la douleur », l’acupuncture — ou acuponcture — est un mode de thérapie d’origine chinoise, « zhēnjiǔ » 针灸, consistant à stimuler, par l’implantation de fines aiguilles, une zone précise le long des méridiens qui, vulgairement parlant, correspondent à une sorte de conduits véhiculant l’énergie — ou le « qi » — à travers notre corps.

L’acupuncture est pratiquée en Inde dans la médecine ayurvédique depuis plus de cinq mille ans. Les historiens ont notamment retrouvé des descriptions correspondant aux méridiens sur les « papyrus d’Ebers », les plus anciens traités médicaux découverts datant de l’Égypte Antique, soit en 1534 av. J.-C. Les premières mentions de l’acupuncture, ou « acupunctura » en latin, débarquent en Europe au XVII ͤ siècle dans des récits faits par des missionnaires Jésuites.

Voici pour le bref historique de l’acupuncture.

Cécile Moreau, ancienne infirmière et acupunctrice à la clinique Altermed, a bien voulu répondre à quelques questions que vous vous posez aussi sans doute vous aussi.

  • Que traite l’acupuncture

À la fois curative, préventive et palliative, l’acupuncture mobilise l’énergie de la personne afin de traiter aussi bien les maux et symptômes physiques, comme la douleur aiguë ou chronique, que ceux d’ordre psychologique (nervosité, insomnie, fatigue, état dépressif, phobies…). Elle agit sur tous les systèmes (nerveux, digestif, respiratoire, urinaire, moteur, auditif…) et est un outil intéressant dans la lutte contre les dépendances comme le tabac, la drogue, l’alcool…

Elle est considérée comme une technique de soin naturel n’ayant aucun effet secondaire hormis, pour certains, une fatigue post-traitement. L’acupuncture est une « médecine » complémentaire efficace à la médecine traditionnelle.

  • Tout le monde peut-il se faire traiter en acupuncture

La réponse est « oui ». Adultes, enfants, nouveau-nés, personnes âgées… Tout le monde est apte à recevoir un traitement d’acupuncture tant que les personnes ont les capacités physiques de le supporter, c’est-à-dire n’étant pas, par exemple, sous traitement lourd comme une chimiothérapie, période pendant laquelle la personne voit ses défenses immunitaires affaiblies. Dans le but d’éviter tout risque infectieux, elle ne pourrait recevoir un traitement. Les femmes enceintes doivent également prévenir l’acupuncteur, car la stimulation de certains points peut provoquer des contractions de l’utérus.

  • Comment se passe une séance

Une séance se déroule sur 60 minutes, avec un temps de pose entre 30 et 45 minutes, en fonction de l’action recherchée :

  • Entre 20 et 30 minutes pour tonifier.
  • Entre 30 et 45 minutes pour disperser.
  • 30 minutes pour harmoniser.

Le nombre d’aiguilles varie selon le type de débalancement à traiter, l’ancienneté du problème et ses antécédents. Le temps de traitement est adapté pour que la personne soit confortable, c’est pour cela que, selon l’état de fatigue de l’individu, les aiguilles seront gardées plus ou moins longtemps.

  • Nombre de séances nécessaire

Il n’est pas fixe et varie, là encore, selon les antécédents, l’ancienneté du problème, l’âge du patient et ses habitudes de vie. Trois séances permettent en général l’atténuation des problèmes, voire jusqu’à les traiter totalement. Pour certains, cela nécessitera des séances supplémentaires. Celles-ci peuvent être hebdomadaires ou mensuelles, et le temps d’action à court, moyen ou long terme.

  • À quel moment faire une séance d’acupuncture

Recevoir une séance d’acupuncture après avoir traité le problème de santé évite le retour des symptômes. On parle alors de « traitement préventif ». Au point de vue de la temporalité, les changements de saisons sont généralement une bonne période. Cela permet de renforcer les défenses immunitaires tout en se préparant en douceur à entrer dans un nouveau cycle saisonnier et de passer à travers les petits désagréments accompagnant chaque saison.

  • Acupuncture et rhume hivernal

Qui dit hiver dit inévitablement rhume. Pour cela encore, l’acupuncture peut agir aussi bien de façon préventive que curative. Par exemple, si le rhume s’est déjà installé, en deux ou trois séances, l’acupuncture peut permettre de réduire de façon significative les symptômes (nez congestionné, maux de tête, toux, fatigue…). Bien évidemment, pour une personne souffrant d’asthme, cela demandera plus de séances. Comme le souligne également Cécile Moreau, si le rhume dure plus d’une semaine, le plus important est de s’hydrater suffisamment, de rester au chaud, de se reposer, et de consulter un médecin si les symptômes empirent et que le rhume perdure.

  • Acupuncture et traitement esthétique

L’acupuncture peut être utilisée en prévention afin de traiter les premiers signes de vieillissement comme les rides, lorsque celles-ci sont peu ou pas marquées. Son action : faire circuler l’énergie ou « qi », ce qui stimule et tonifie la circulation sanguine au niveau du visage. Cela redonne au client un teint clair et lumineux tout en drainant les liquides, ce qui a pour effet, par exemple, de diminuer les poches au niveau des yeux. Pour cela, lors d’un traitement, Cécile Moreau utilise des points locaux du visage et des points du corps. Il est recommandé de commencer vers la trentaine.

Entre 55 et 60 ans, pour les rides plus marquées et installées, la thérapeute place des aiguilles dans les sillons afin de stimuler la fabrication de collagène. Mais l’on ne peut malheureusement effacer l’œuvre du temps qui passe et le traitement aura ses limites.

  • Les phobiques des aiguilles peuvent-ils se faire traiter

La réponse est « oui ». Pour cela, le thérapeute peut utiliser de mini aiguilles ou des ventouses.

Il existe également le laser thérapeutique, qui consiste à stimuler les points d’acupuncture par la lumière. Indolore et rapide, cette technique est tout aussi efficace et peut être une alternative intéressante pour les enfants. Le laser thérapeutique, pour ceux qui se poseraient la question, ne laisse aucune trace.

N’oublions pas que l’acupuncture est une médecine millénaire qui a perduré jusqu’à nos jours. De quoi se laisser convaincre !

Et saviez-vous que l’acupuncture est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis le 16 novembre 2010 ?

Remerciements à Cécile Moreau, acupunctrice à la clinique Altermed, pour sa collaboration.

Liens :

http://www.o-a-q.org/fr/acces-public/l-acupuncture/definition.aspx

https://cliniquealtermed.com/

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.