Par 

Divorce et famille: comment faire pour éviter le pire?


Et voilà, ça y est, vous avez pris la décision de vous séparer. Ce n’est évidemment pas chose facile : une épreuve à la fois difficile pour le couple, mais aussi pour les enfants. En effet, vos chérubins ne comprennent pas nécessairement les raisons de ce choix et vivront peut-être cette décision comme un rejet et même, dans certains cas, un traumatisme.

Période hautement émotive pour toute la famille maintenant éclatée, il faut, en amont, régler plusieurs questions d’ordre légal, et ça ne doit pas trop trainer : le processus de divorce, la pension alimentaire, la garde des enfants, le partage des biens, alouette !

Essayons de voir un peu plus clairement le processus légal pour passer au travers, dans la dignité et le respect pour vous, vos enfants et votre ancien(ne) conjoint(e).

Le début du processus de séparation

Ça y est, votre conjoint(e) des dernières années a quitté la maison ; la fin de votre vie commune vient définitivement de débuter. Oui, c’est un nouveau départ en quelque sorte.

Cette première étape de la séparation demande un certain temps d’acceptation. En effet, vous pouvez avoir une humeur en dents de scie : passant de la colère à la tristesse. Et avec les enfants présents, il n’est pas toujours évident de vivre complètement vos états d’âme.

Voilà pourquoi il importe de trouver une oreille attentive pour vous écouter durant ce processus de deuil, que ce soit auprès d’amis, de la famille, ou même d’aller chercher de l’aide professionnelle telle que le CLSC et Tel-Aide.

Ainsi, vous aurez la force nécessaire d’être présent pour vos enfants, mais aussi pour vous-même. Cela vous permettra de passer au travers du processus qui suivra.

Prenez le temps de vous informer

La prochaine étape de votre séparation est de prendre un moment pour vous informer sur le processus dans lequel vous vous engagez.

En effet, avant de penser négocier, informez-vous sur ce qu’implique une séparation avec enfants : séparation des biens, garde des enfants, pension alimentaire.

À cet effet, vous pouvez d’ailleurs trouver de l’information très pertinente sur les sites Éducaloi ainsi que sur le site du ministère de la Justice.

Nous vous suggérons aussi fortement de contacter un avocat spécialisé en séparation et divorce.

Connaissez-vous la médiation?

Il s’agit d’une excellente manière de conclure une entente équitable, réduisant les conflits, donc d’« éviter le pire ».

La médiation familiale est un moyen de tenter de régler les conséquences d’une rupture sans en débattre en Cour. Les ex-conjoints peuvent donc arriver à une entente équitable et respectueuse de part à d’autres. La médiation peut donc vous aider à définir : la pension alimentaire la garde des enfants, le partage des biens et même la pension d’un des époux.

À noter que les avocats ne peuvent pas vous accompagner en médiation, mais ils peuvent évidemment être consultés tout au long du processus.

Séparation du couple

En plus de s’occuper de la garde des enfants et de la pension alimentaire (que vous venez de voir, entre autres, en médiation, mais qui peut aussi se régler en Cour s’il n’y a pas d’ententes possibles), il est aussi nécessaire de définir le type de séparation que vous déciderez, que vous soyez marié ou non. Les voici :

Séparation conjointe de fait

À la différence d’un couple marié, si vous êtes conjoint de fait, vous n’avez pas besoin d’un jugement pour officialiser la séparation. Même s’il est possible de régler les éléments vous-mêmes, vous aurez tout de même besoin d’un professionnel, notamment d’un avocat pour faire le tour de tous les points. À noter que même si la garde des enfants est confiée à l’un des deux parents, ce sont les deux parents qui sont impliqués dans les prises de décision.

Séparation de fait

Cette séparation n’est pas l’équivalent d’une séparation légale. Les deux protagonistes sont donc toujours, aux yeux de la loi, mariés. Si cette séparation est possible, dans les faits, elle peut devenir problématique si l’un des deux conjoints décide de refaire sa vie, par exemple. C’est pourquoi il est important de considérer une séparation légale ou même le divorce à court/moyen terme.

Séparation légale

Souvent utilisée en attendant de pouvoir faire la preuve des motifs requis pour le divorce, la séparation légale permet tout de même de régler certains points essentiels pour votre famille : la garde des enfants et les droits d’accès, la pension alimentaire des enfants et même de l’un des époux, le partage des biens, etc.

Divorce

Pour une demande de divorce, c’est l’un des deux époux qui doit soumettre des papiers à la Cour. Cette demande marque le début du processus. Une demande généralement rédigée par un avocat pour en assurer sa légitimité.

Il est important de savoir que pour faire une demande de divorce, seulement trois motifs sont possibles : l’infidélité, la cruauté mentale ou même physique, et finalement, une séparation physique depuis un an. Sans l’un de ces critères, le divorce n’est pas viable. Point important à noter : l’époux ou l’épouse n’a pas besoin d’obtenir l’accord de l’autre pour divorcer.


Et voilà ! Il ne s’agit là que d’une portion de l’information reliée à la séparation lorsque vous avez des enfants. Encore une fois, n’hésitez pas à vous référer à des sites spécialistes en ligne et à un avocat de confiance pour vous aider à cheminer dans ce processus.

En espérant que, malgré le tumulte, vous et vos enfants passerez brillamment au travers de cette épreuve. Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel.

N’hésitez pas à nous partager vos commentaires et vos histoires de séparation et comment « vous avez évité le pire ».

Références :

https://www.educaloi.qc.ca/ / http://citoyens.soquij.qc.ca/

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.