Par 

Moi & l’autre: un « work in progress »


J’aime bien m’expliquer le monde à travers des métaphores. Récemment, je faisais le point sur comment mieux cerner ce que les autres vivent et comment ils deviennent ce que nous connaissons d’eux aujourd’hui. Je voulais savoir pourquoi, lorsque je lui dis qu’il a de petits bras pour le taquiner, il se fâche contre moi comme s’il croyait vraiment que ce que je venais de dire était vrai. Pourquoi est-ce que je m’impatiente autant lorsque quelqu’un est lent avec moi ? Pourquoi ai-je une amie qui veut toujours tout gérer ? Pourquoi certains sont-ils plus sensibles à certaines causes que d’autres ?

original

Je voulais savoir pour comprendre et ensuite mieux réagir. En effet, le but de cette réflexion était bien sûr de pouvoir porter un regard nouveau sur certaines situations qui nous arrivent et où, souvent, on est pris par surprise… décontenancé. Autant pour moi que pour cette autre personne impliquée dans cette situation, je souhaitais mieux réagir face à certaines situations où parfois des gens qui nous entourent nous explosent à la gueule et nous font subir leurs émotions négatives. Que ce soit au bureau, en famille, entre copines ou dans la file à la banque… ça arrive. Il y a toujours quelqu’un sur notre chemin qui brouillera notre énergie positive et c’est correct ! Si ce n’est pas cette personne ce jour-là, ce sera nous.

En changeant de perspective, nous arrivons à nous décentrer de sur nous-mêmes et à essayer de comprendre l’autre dans sa « détresse » du moment. La personne offensée par les commentaires des bras était peut-être insécure face à son image corporelle. Les gens autour de moi ne sont peut-être pas lents, mais plutôt dans le moment présent plutôt que dans le futur. Celle qui veut tout gérer a peut-être une certaine anxiété face aux petites choses de la vie qui nécessitent parfois un laisser-aller. Attention, je ne dis pas que cet exercice nous permet de trouver la vérité et de diagnostiquer notre entourage ! Ha ha, svp, nonnn ! Il nous donne plutôt simplement un moyen pour décompresser dans des situations plus tendues et nous évite de grimper dans ces petits bobos des uns et des autres.

En essayant de nous expliquer les choses avec beaucoup d’amour pour l’autre, nous permettons de développer davantage de compassion et d’avoir un cœur tourné vers ces gens qui croisent notre chemin dans ces moments-là.

À la base, je crois fondamentalement que chaque être humain sur cette Terre a besoin de trois ingrédients pour vivre : la reconnaissance, l’appartenance et l’amour. Je suis convaincue que la présence du négatif, de la noirceur, du froid n’est que le résultat d’une absence de ces trois ingrédients dans la vie d’un individu. Ce n’est pas justement un scientifique qui disait ça ? Le froid n’existe pas… ce n’est que le résultat de l’absence de chaleur ? BREF ! Je crois que si chaque fois où nous vivons une situation qui nous blesse nous pensions à ceci, nous comprendrions que ce dont nous avons le plus besoin, c’est de donner de l’amour et d’en recevoir. De chasser la haine, la colère, l’angoisse et l’amertume puisque c’est un poison pour nous et pour ceux qui nous entourent.

nothing

Il y a un autre point de vue que je me permets d’avoir dans ce genre de situations. J’aime bien percevoir les gens dans leur ensemble en considérant qu’ils sont l’aboutissement d’une série d’expériences. En voyant les choses ainsi, ça permet de croire à une amélioration continuelle du « soi » ; que nous sommes un continuel « work in progress ». J’y crois vraiment. Nous sommes tous, en tant qu’individu, la somme de nos expériences passées. C’est une des raisons qui me pousse à remercier la vie de m’envoyer des épreuves chaque jour ; pour que je me renforce et que je m’améliore. Que je deviens bien la personne que j’ai envie d’être ! Que je passe bien le « test » ! Après tout, faut se l’avouer, une vie sans difficulté n’est pas une vie. Sans ces moments éprouvants, je ne serais pas du tout la même. Je ne vous écrirais sans doute même pas ces lignes. Si je n’avais pas subi d’intimidation au secondaire, je n’aurais jamais eu cette sensibilité à l’égard des jeunes qui se promènent seuls, longeant les couloirs dans l’école. Si je n’étais pas tombée en amour avec un gars abuseur et sans respect pour les filles, je n’aurais jamais pu aider ces autres femmes qui vivent ce genre de situation à répétition. Si ma mère n’avait jamais eu de cancer à multiples reprises, je n’aurais jamais pu témoigner de la grandeur des miracles dans mon entourage.

Et savez-vous pourquoi je suis aussi reconnaissante ? Car pour surmonter toutes ces épreuves, j’ai eu besoin d’amour autour de moi. Aux moments où je sentais que l’Univers se tournait contre moi, où mon attitude faiblissait et avait juste envie de s’autosaboter en gueulant et en m’isolant, j’ai reçu de l’amour pour désamorcer le tout.

J’ai eu la chance de recevoir un amour fort, solide et bien enraciné, soit celui de ma famille et de mes amis. C’est grâce à cette abondance d’amour en ces temps de froid et de noirceur que j’ai réussi à empêcher la douleur de s’installer dans mon être, que j’ai réussi à me relever avec de nouveaux outils dans mon bagage pour aller aider les prochains dans le besoin qui croiseront mon chemin.

C’est donc dans cette perspective que maintenant, je perçois les gens qui me semblent amers, négatifs, jaloux, rabat-joie, colériques, anxieux. Je les regarde et je me vois au travers d’eux et c’est à ce moment que je suis submergée par une vague d’amour et de compassion. Souvent, lorsque je ressens le besoin, j’interviens auprès de ces personnes en leur offrant une oreille de confidente, un compliment, une blague pour détendre l’atmosphère, un câlin ou simplement un sourire. D’autres fois, je prie pour eux. Évidemment, malgré tout ce beau plan, il m’arrive quand même d’avoir des moments où mon propre manque d’amour cette journée-là m’empêche de pouvoir donner à l’autre lorsque sa négativité m’attaque. Dans ces moments, même si je comprends leur réaction et la mienne, la raison cède à mes émotions. Il faut néanmoins se rappeler qu’il n’y a personne de parfait. C’est pour cette raison que je m’assure de prendre soin des gens autour de moi, car un jour, ce sera à mon tour de leur exploser à la gueule et je serai bien contente de leur avoir assez donné d’amour pour qu’ils puissent me recevoir dans cette impasse et me transférer cet amour à mon tour. How cute is that

Référence de l’image à la une

À propos de moi

Parce que son sourire n’a nul autre égal que sa curiosité pour ce monde, Émilie découvre la vie à travers ses intérêts pour l’écriture, les dynamiques sociales, les pratiques de mieux-être, et surtout, à travers les bons vieux [email protected] entre copains ! Telle une Bohos, Émilie s’entête à s’exaucer pleinement à travers une variété de projets qui lui tiennent à cœur afin d’y mettre à contribution ses compétences en communication. L’écriture, elle aime bien. Selon elle, les mots articulent le sens de nos vies, de nos mises en scène quotidiennes. Forte de cette pensée, Émilie s’abandonne depuis quelques années à la rédaction de plusieurs petites compositions comme un exutoire ; son paradis perdu. Émilie possède cette curieuse manie d’analyser et d’approfondir le sens des dynamiques sociales qui l’entourent… Friande des concepts tels que l’intelligence émotionnelle, l’éveil spirituel et la conscience de soi, elle aspire à développer ses compétences professionnelles afin de pouvoir contribuer à l’évolution de ceux et celles qui l’entourent.

1 Comments

Joannie
Reply 26 octobre 2016

Émilie c'est la meilleure! Intelligente, à l'écoute et compréhensive! Une grande âme que j'ai la chance de côtoyer dans la vie de tous les jours. Merci mon amie!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.