Par 

Le hasard


 Hasard : Puissance considérée comme la cause d’événements apparemment fortuits ou inexplicables. Circonstance de caractère imprévu ou imprévisible dont les effets peuvent être favorables ou défavorables pour quelqu’un (définition tirée du Larousse).

Quel drôle de hasard !

Cette phrase, vous l’avez certainement pensée ou prononcée. Quatre petits mots porteurs d’un concept, signe d’imprédictibilité, d’imprévisibilité, de fatalité, de chance, de destinée… Selon les circonstances, on le dit heureux ou malheureux, et il ne nous laisse jamais indifférents.

Depuis fort longtemps déjà, je m’interroge sur celui-ci. Avec l’avancée de la science au cours des siècles et ce besoin de tout expliquer, l’Homme ne s’est-il pas coupé d’une part de poésie, d’inexplicable nécessaire à son quotidien pour l’aider à grandir, à croître, à vivre ?

Certes, dans certains champs d’études, celui-ci peut se calculer, se prédire grâce à une observation rigoureuse mettant en avant certains types de phénomènes se répétant. C’est ce que nous pouvons observer en science, en mathématique, en médecine, en physique… Ces disciplines nous aident à structurer notre quotidien dans plusieurs domaines, à plus ou moins long terme, comme avec la météorologie, par exemple. Or, qu’en est-il lorsque nous sortons du monde prévisible et tangible et que le hasard, mystérieusement, frappe à notre porte ?

L’existence de l’humanité et du monde tel que nous le connaissons semble, jusqu’à présent, un coup du hasard, car nous croyons être les seuls dans notre belle galaxie. Combien d’histoires entendues, tristes ou gaies, de rencontres et de chemins choisis ont bouleversé tant de vies ?

Quant tout bascule en une fraction seconde, quand, d’un coup, c’est comme si l’univers se mettait en branle, comme si les multiples déités créées pour nous aider à traverser cette existence décidaient de changer l’ordre des choses : « le hasard à fait que… », alors, on se précipite sans le savoir, par un pur hasard, sur les chemins de notre destinée. « Alea jacta est » ou, comme le dit la locution latine : « le sort en est jeté ». S’enchaîne alors une suite de causes et d’effets découlant les uns des autres, nous menant au chapitre suivant de notre existence.

À bien y penser, cela ne vous fait-il pas sourire, ce mélange entre hasard et fatalité ?

« À cause du clou, le fer fut perdu.
À cause du fer, le cheval fut perdu.
À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
À cause du cavalier, le message fut perdu.
À cause du message, la bataille fut perdue.
À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
À cause de la guerre, la liberté fut perdue.
Tout cela pour un simple clou. »

Benjamin Franklin

Ou bien n’est-ce qu’une question de perception : notre perception humaine, sensible et restrictive, versus la perception du monde réel que nous ne pouvons saisir dans son ensemble ?

Notre âme humaine semble inconsciemment consciente du mystère de l’existence. C’est pour cela, sans doute, que nous employons le terme « hasard ».

Dans un texte que je lisais récemment, j’ai été interpellée par cette phrase : « La nature profonde de chaque personne humaine est comme la Cause première, elle n’a pas de cause ». On peut décrire les causes et effets ayant suivi le Big Bang ou l’origine de la création de l’univers, mais pas la cause première. Le hasard jalonnant nos vies, nos rencontres, notre destinée est-il le fruit de notre incapacité humaine à saisir toutes les données ou bien une « cause première » ?

Ma vie est parsemée de rencontres, de décisions irrationnelles prises sur un claquement de doigts, du fait d’avoir été là au bon moment ou non, d’être passée une seconde plus tôt, car plus tard, tout aurait été différent… La somme de ces hasards a réellement eu un impact sur ma vie en changeant son cours. Alors, même si les raisons du pourquoi nous échappent dû à notre incapacité humaine à saisir les phénomènes qui nous entourent, je préfère continuer à cheminer en croyant que hasard et destinée sont liés, pour le meilleur et pour le pire.

Einstein disait :

« Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito »


Et vous, qu’en pensez-vous ?

Sommes-nous libres et maîtres de notre existence ou le hasard change-t-il, à certains moments donnés, notre vie ?

En photo à la une: une oeuvre de l’artiste Tanapol Kaewpring, Fire in a Box

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.