Par 

La petite princesse


Depuis près d’un mois, je vis sur une autre planète. La notion du temps est très relative. Mon espace se résume pratiquement à mon appartement. Ma routine est complètement chamboulée. Je n’ai d’yeux que pour elle… Je vis des émotions intenses, belles, mais intenses. Je me sens vulnérable, totalement alerte, pleine d’amour et de questionnements. Cette nouvelle étape de vie me permet de me redécouvrir, de me redéfinir.

Me redéfinir, oui. Je ne me suis jamais sentie aussi forte et vulnérable que maintenant. J’ai des compétences et des qualités dont j’ignorais jusqu’ici encore l’existence. Et ce n’est pas sans difficulté que j’arrive à les exploiter. Je dois aller puiser au plus profond de moi les ressources nécessaires pour mener à bien ma mission. C’est impressionnant de constater à quel point notre comportement peut être instinctif. Telle une louve protégeant ses petits, je suis aux aguets, prête à bondir au moindre signe de danger. Je suis protectrice. Je suis louve. Je suis mère. Aucun manuel d’instructions n’est disponible. Seul l’instinct me guide. J’apprends par essai et erreur, je me fie aux plus expérimentés de la horde, et je poursuis mon chemin malgré l’incertitude et l’inconnu. Effrayant et beau à la fois.

Me redéfinir, oui. Reconnaître sans gêne mes obsessions et mes peurs. Vivre des moments si doux et les voir troublés par mes anticipations du pire. Accepter un côté sombre de moi-même, une certaine folie. Avoir une toute nouvelle perception de la vie et de ma fragilité, de ma précarité. En avoir peur. M’en faire réellement pour quelqu’un d’autre que moi. Porter sur mes épaules le poids d’une autre petite vie. Intense. Apprendre du même coup, les tripes complètement nouées, à lâcher prise. Accepter, attendre, et au pire, faire confiance. Prendre conscience de notre rôle dans cet océan d’humanité ; un petit rôle à l’échelle humaine, mais loin d’être insignifiant. Me tailler une place dans ce nouveau rôle malgré les questionnements, le manque de réponses et la peur de l’échec. Encore une fois, poursuivre mon chemin malgré l’incertitude et l’inconnu, sans toujours me reconnaître.

Me redéfinir, oui. Prendre plaisir à parler un autre langage, à observer durant de longues heures et à être chez moi, dans ce cocon de sécurité, de familiarité, sans attentes de l’extérieur. M’amuser à être autre chose qu’une « workaholic ». Apprécier ce réel manque de temps, de sommeil… puisqu’il ne fait qu’enrichir les moments de qualité, seule ou avec mon clan. Avoir un clan. Juste wow !

Oui, c’est sur une autre planète, intérieure et physique, que je vivrai cette prochaine année, mais comme dans toute nouvelle aventure, je la vivrai pleinement et en ressortirai enrichie, heureuse et plus confiante. Car tout est une question de confiance… et d’amour. Un torrent d’émotions dans le fleuve tranquille, jusqu’ici, de mon existence. Même prêtes aux plus grandes vagues, rien ne peut nous préparer réellement à ce flot d’amour et d’intensité, de nouveauté et de deuil. Rien ne laisse présager de la suite. Pourtant, je suis certaine de l’issue heureuse de l’histoire, de mon histoire, de notre histoire maintenant. Je t’aime, crevette !

Référence de l’image à la une

À propos de moi

La danse fait partie intégrante de la vie de Marie-Pier. Initiée très jeune, elle se dirige professionnellement vers l’enseignement de la danse et intègre, suite à sa formation en Danga, la pratique du yoga à sa pédagogie. La technique est primordiale pour elle, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Elle désire aider les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger. Marie-Pier adore écrire, c’est pourquoi elle collabore à la rédaction de billets pour Bohos.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.