Par 

De Wall Street à la terre


 

Personnellement, il m’est difficile d’imaginer que l’on puisse avoir un impact positif sur notre planète. Les médias nous relayent quotidiennement des nouvelles plutôt pessimistes sur la santé de notre seul et unique habitat, la Terre. De plus, on ne peut pas dire que l’écologie soit réellement au cœur des débats politiques malgré l’importance des futurs choix à prendre pour les populations, mais c’est une autre histoire…

Souvent, j’en viens à me demander de quoi demain sera fait.

Sommes-nous voués à assister, de façon impuissante, voire, pour certains, impassible, à la disparition de notre espèce ?

Non seulement notre mode de vie et notre vision hégémonique du monde qui nous entoure, générés par ce besoin irrépressible de l’humain de tout maitriser, ont des effets pervers sur la faune et la flore, mais en plus, nous sabotons nous-mêmes notre avenir en nous mettant en péril.

On peut vivre dans le déni en adoptant la politique de l’autruche, mais jusqu’à quand ?

Force est malheureusement de constater ce qu’entraîne le dérèglement climatique dont l’espèce humaine reste l’un des facteurs les plus influents : tempêtes, inondations, hausse des températures…

J’ai grandi dans une famille où le documentaire était source de culture et d’apprentissage, que ce soit les émissions du Commandant Cousteau, d’Haroun Tazieff ou de Paul-Émile Victor, avec leur vision particulière et novatrice pour l’époque, ou les clubs Nature auxquels nous assistions enfants. Puis le temps a passé et avec lui, ces illusions enfantines et candides que « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ». J’ai observé l’impact négatif de l’Homme sur son environnement, notamment celui lié à son mode de consommation.

Même si depuis 30 ans, plusieurs tirent la sonnette d’alarme, j’avais le sentiment que le monde régressait et que la ferveur des débuts semblait retombée. Étant perpétuellement bombardés par une masse d’informations qui glissent sur nous comme sur de la soie, on s’attriste quelques secondes, criant « Oh rage, oh désespoir… », puis on retourne à notre train-train quotidien. À force d’autant de scepticisme et d’aveuglement de notre société, j’étais alors gagnée par un pessimisme oppressant et par une vision obscure de notre avenir. Ah quoi bon l’optimisme, me disais-je.

Puis un soir, alors que je surfais sur le Web, je suis tombée par le plus beau des hasards sur un documentaire réalisé par Nathanaël Coste et Marc de La Ménardière : « En quête de sens ».

Le point de départ de ce documentaire, ce sont les retrouvailles de deux amis d’enfance : Marc, vivant aux États-Unis, qui travaille dans l’export de l’eau, et Nathanaël, réalisateur de documentaires indépendants. Suite à un accident, Marc visionne la sélection de documentaires laissée par ce dernier lors de son départ. C’est alors le début d’une remise en question profonde et d’une confrontation à ses croyances. Il quitte New York et retrouve son ami avec lequel il décide de filmer cette recherche de réponses aux multiples interrogations qu’il se pose. Commence alors, pour les deux compères, un périple en quête de sens. Nathanaël, en imprégnant tout sur la pellicule, devient spectateur de l’élévation de conscience de Marc. Une aventure riche en rencontres afin de comprendre comment les hommes en sont arrivés à ce stade critique et comment s’amorce lentement, mais surement un changement positif. Ils croiseront sur leur chemin philosophes, paysans, professeurs, sages et agriculteurs qui leur redonneront espoir en l’humanité et au monde de demain.

J’ai été énormément émue par ce documentaire indépendant. Il fut comme une sorte de révélation. Ce n’est pas parce que je n’ai pas les moyens financiers de changer les choses à grande échelle que je ne peux pas agir à mon niveau. Peu importe l’environnement dans lequel nous habitons, ce sont les choix que nous posons qui importent.

Du coup, j’ai commencé à me pencher sur ce phénomène, à regarder plus de documentaires présentant ces petites voix qui s’élèvent et qui mettent en place de nouveaux quotidiens pour un nouveau demain. Cela m’a redonné espoir. Espoir qu’il existe des gens biens, des humanistes comme j’aime les nommer.

J’ai redécouvert que j’avais aussi une voix, que je pouvais choisir ma voie. Ont soudainement éclos dans ma tête des envies, des confirmations sur certaines de mes croyances personnelles, des certitudes, et surtout, ce sentiment que le vent se remettait à souffler, que la boussole m’indiquait de nouveau une direction à suivre. Ne reste maintenant qu’à trouver le courage de poursuivre sur cette lancée, malgré les périodes de découragement, et à voir ce que cette « élévation de conscience » me réserve.

Des initiatives dont vous souhaiteriez nous faire part ? N’hésitez pas à les partager avec nous. Ce sont toutes ces petites flammes qui font un magnifique feu de joie.

http://enquetedesens-lefilm.com/adventure

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.