Par 

Cultiver sa richesse et son bonheur


On pointe souvent du doigt l’ère de «l’egotrip». Par contre, je crois que certaines bonnes leçons peuvent en ressortir. Après tout, cela nous encourage à prendre le temps de penser à nous. C’est vrai, la plupart du temps, on semble chercher à l’extérieur de nous-mêmes de grandes valeurs (telle que l’amour, la reconnaissance, le respect, etc.) quand, aux tréfonds de notre cœur, résident les plus grandes richesses.

«Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie.» Proverbes 4:23

Je propose donc de savourer ce courant «à la mode» avec une attitude constructive: aller puiser cesdites richesses dans notre cœur afin de ne plus dépendre du regard extérieur (mon Dieu que c’est épuisant!) et d’atteindre la plupart du temps un état de plénitude. Allez creuser jusqu’au trésor caché. Découvrez ce diamant brut.

«If you don’t feel fabulous, you have deviated from the path of who-you-really-are.» – Wayne Dyer

Les pelletées de terre

Je côtoie plusieurs professionnels de la santé autour de moi qui aident/accompagnent les gens à cheminer vers ce trésor intérieur, puisque très souvent, ce cheminement est garant de guérison. C’est d’ailleurs eux qui m’ont inspiré ce billet aujourd’hui.

En chacun de nous sommeille un potentiel incroyable, illimité et surtout d’une valeur inestimable (ledit trésor). Par contre, au travers de mes observations (rien de trop scientifique), j’ai remarqué que ce trésor demeure parfois enfoui par de petites pelletées de terre que la vie y a déposée avec le temps. Par pelletées de terre, je parle d’événements qui nous ont amenés à douter de nous, à ternir notre lumière intérieure et même à nous faire dévier de notre trajectoire (un divorce, une peine d’amour, un épisode d’intimidation, un rejet, une trahison, etc.).

Ces moments nous laissent bien rarement indifférents. Ils ont même un effet de répression sur cette flamme qui brule en nous. Ce n’est pas pour rien que parfois, lorsque ça ne va pas, on dit «manquer d’air». Notre corps est une œuvre d’art qui souhaite aligner son énergie, ses humeurs et son mental et, pour ce faire, parfois, il s’exprime à travers des métaphores bien incarnées.

Le trésor

L’une des définitions que l’on peut donner au mot «trésor» est la suivante: «ensemble de choses précieuses amassées et cachées». Je réfléchissais au mot «cachées» qui se trouve dans cette définition. Ça me faisait drôlement penser à ces personnes qui brillaient trop et qui étaient jalousées par leur entourage, et de ce fait, qui étaient persécutées pour leur lumière trop «éblouissante». Par contre, dois-je préciser qu’on ne peut pas éblouir quelqu’un qui brille déjà? On éblouit seulement ceux qui sont restés dans l’ombre. Il serait donc dommage de laisser ces gens vous piquer par envie de votre lumière.

Fred Gingras

Le changement

Dans un monde idéal, chacun s’entraiderait et s’encouragerait. J’aime la pensée que nous ne sommes qu’un. Que nous sommes tous connectés. Par contre, on est encore bien loin de là. On ne peut changer le monde, mais on peut se changer soi-même.

Comme disait l’un de mes auteurs préférés, Neale Walsch : «les relations personnelles constituent un défi constant; elles t’appellent constamment à créer, à exprimer et à vivre des visions plus grandes de toi-même, des versions de plus en plus magnifiques de toi-même». L’altérité (parfois challengeante, car elle te sort de ta zone de confort par son opposition et sa différence) te définit. Ce que tu n’es pas te définit. Alors, commence tout de suite à imaginer ta vie telle que tu la souhaites et entres-y. Examine toute pensée, toute parole et toute action qui ne s’accordent pas avec cette vie souhaitée: éloigne-t’en.

Le bonheur et les plus grandes richesses t’appartiennent déjà. Cultive-les au fond de ton cœur, qui en est une source intarissable. Partage ces fruits avec ceux autour de toi qui vivent des saisons de sécheresse dans leur vie.

«Be the change you wish to see in the world»

– Ghandi

Cheers!

– em xo


Photographie à la une : Fred Gingras

À propos de moi

Parce que son sourire n’a nul autre égal que sa curiosité pour ce monde, Émilie découvre la vie à travers ses intérêts pour l’écriture, les dynamiques sociales, les pratiques de mieux-être, et surtout, à travers les bons vieux [email protected] entre copains ! Telle une Bohos, Émilie s’entête à s’exaucer pleinement à travers une variété de projets qui lui tiennent à cœur afin d’y mettre à contribution ses compétences en communication. L’écriture, elle aime bien. Selon elle, les mots articulent le sens de nos vies, de nos mises en scène quotidiennes. Forte de cette pensée, Émilie s’abandonne depuis quelques années à la rédaction de plusieurs petites compositions comme un exutoire ; son paradis perdu. Émilie possède cette curieuse manie d’analyser et d’approfondir le sens des dynamiques sociales qui l’entourent… Friande des concepts tels que l’intelligence émotionnelle, l’éveil spirituel et la conscience de soi, elle aspire à développer ses compétences professionnelles afin de pouvoir contribuer à l’évolution de ceux et celles qui l’entourent.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.