Par 

Bye bye plastique : let’s do it !


J’ai toujours été préoccupée par l’environnement. En fait, je le suis depuis que je suis toute petite. Mais ces temps-ci, c’est de plus en plus criant, flagrant. Les changements se font dans ma vie, sans même que je m’en rende compte. Doucement, le fast fashion me quitte (low budget ou pas), le végétarisme a un impact important sur notre planète, l’achat de produits qui sont issus d’une production intelligente… Enfin, vous voyez un peu.

Je ne dis pas que suis parfaite et que j’ai trouvé ce qu’il fallait faire pour sauver le monde, loin de moi cette idée. Il y a tellement de choses que je peux faire encore et encore, mais je me donne le temps de les intégrer pour préserver, justement, ces habitudes de vie. Et ce billet n’a définitivement pas une saveur moraliste, mais plutôt exploratrice.

The next step

Prochaine étape, de façon plus appuyée : bye bye le plastique. Est-ce que mon but est de ne plus jamais consommer de plastique ? Ce serait évidemment vous mentir (je porte des verres de contact, faits en plastique). Mais réduire considérablement son utilisation, oui !

Je suis, en fait, plutôt ébahie de voir à quel point nous consommons du plastique pour ceci ou pour cela, sans nous questionner sur où ça terminera tout ça (notons : dans l’océan) et sur ce que nous aurions pu consommer à la place. Oui, je contribue au quotidien à cette vague plastifiée. Mais lorsque je prends le temps d’observer mes faits et gestes, que je me questionne sur ce que j’aurais pu faire, tranquillement, les étapes viennent d’elles-mêmes. Il y a plein de choses possibles, suffit de changer ses habitudes.

Tout d’abord, le suremballage des aliments dans du plastique, c’est plus que préoccupant. L’entreprise Dans le sac (béguin de Marie-Pier) remédie à la situation pour votre pain à la boulangerie. Ce sont de magnifiques sacs à laisser trainer sur le comptoir en plus de ça. Pas de budget ? Rien ne vous empêche de vous en confectionner vous-même, ou d’utiliser des taies d’oreiller. Il faut dire que c’est utilisable pour un paquet de trucs. Le Ziploc, ou l’emballage plastique au magasin, peut aller se rhabiller !

Toujours dans cette vague « ouste le plastique », les épiceries zéro déchets. Anne-Louise nous avait parlé de l’épicerie LOCO, mais cette formule commence à pousser comme des champignons. Je compte tester l’épicerie Méga Vrac sur la rue Masson aussi. Au menu : apporter ses sacs, ses pots Mason, et voilà le travail. Et c’est si joli des pots de vitres remplis de noix. Il faut noter que c’est aussi excellent pour le portefeuille.

Alors voilà, ma prochaine étape, c’est dans l’alimentation et son emballage. Cuisiner davantage, consommer moins de déjà préparé. Planifier mieux mes repas pour bien humblement faire ma part — sans plastique !

Qui se joint à moi?

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

1 Comments

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.