Par 

Avez-vous fait votre choix : école privée ou publique ?


Le temps passe et mes amies ont des enfants qui vieillissent et qui iront bientôt à l’école. Si, de mon côté, je n’ai pas encore d’enfants, c’est tout de même une question que nous nous posons, mon amoureux et moi. Est-ce que l’école privée s’avère un bon choix ou si nous devons plutôt faire confiance au système public ? Sans nécessairement prendre une décision, je partage avec vous ici mon interprétation de la situation, d’un côté comme de l’autre.

 En avez-vous les moyens ?

La première chose que vous devez vous demander, c’est « en avez-vous les moyens ? », car il ne faut pas passer à côté de cette question fondamentale. Au public, ce sont l’État et les taxes qui financent la scolarité des élèves, bien que les parents aient certains frais à payer. Au privé, on parle de milliers de dollars pour l’admission et les frais (costumes, etc.). On regarde sa capacité de paiement avant de prendre une décision.

La qualité de l’enseignement

 De mon côté, j’ai eu accès à l’enseignement public et mon copain, à l’enseignement privé au secondaire. L’un comme l’autre, nous avons été en contact avec d’excellents professeurs. Dire que l’enseignement privé est meilleur, ce n’est pas vrai. Cependant, souvent, les écarts de comportement au privé (plus particulièrement au secondaire) sont moins tolérés, donc les professeurs passent plus de temps à enseigner qu’à faire de la discipline. Ceci peut aider le niveau et donc, les connaissances livrées.

Plus de services personnalisés 

Les écoles privées sont souvent plus petites et elles comptent moins d’élèves par classe. Si votre enfant est hyper autonome, l’école publique sera un jeu d’enfants pour lui. Dans le cas d’enfants qui ont besoin d’un peu plus de support et d’accompagnement, le privé serait peut-être plus indiqué.

Mais attention, si on pense à des besoins particuliers tels la dysphasie, l’autisme, etc., c’est davantage au public que vous trouverez des classes adaptées et les meilleurs services d’intégration avec le « régulier ». Rien n’est parfait !

Le contact mixte

Ce qui m’amène à vous parler de contact avec l’autre. Au secondaire, mon amoureux a eu accès à un paquet d’activités, de sports et de projets auxquels je n’ai pas eu la chance d’accéder, étant au public. Il a fréquenté des gens dotés généralement du même niveau de motivation et d’intérêt pour les choses que lui, ce qui est très bien et qui permet à l’élève de se surpasser.

Par contre, j’ai eu l’opportunité de côtoyer des enfants et des adolescents souffrant de déficience (faisant même du bénévolat avec eux), de me lier avec toutes sortes d’humains avec des besoins diversifiés. Je crois que ce contact m’a permis de développer une belle empathie envers l’autre et de croire profondément à la mixité sociale.

Et voilà ! Des éléments à rajouter en commentaires ? N’hésitez pas !

pinimg

Référence de l’image à la une

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.