Par 

Qu’est-ce qui vous rend heureux?


En cette saison estivale, je me pose la question… et je vous pose la question : qu’est-ce qui vous rend heureux ? Question simple, mais parfois difficile à répondre dans la cohue de nos vies et de nos têtes. Pourtant, il faut s’arrêter et prendre le temps d’y réfléchir afin de mieux aligner ses actions et ses pensées. Avec les journées qui commencent déjà à raccourcir et la rentrée qui se pointera le bout du nez plus vite que nous l’attendons, n’est-ce pas l’occasion de se questionner ?

 

secretbeach

Le « bonheur » est un but ultime pour une majorité des gens. Pourquoi pas ? Il semble normal et rationnel de vouloir être heureux ! Mais qu’est-ce que le bonheur ? Aussi, n’est-il pas utopique de penser qu’il s’agit d’un état constant et immuable ? Ma courte vie m’a démontré à plusieurs reprises l’étendue de ses surprises. Telles les montagnes russes de l’île Ste-Hélène, elle nous précipite à travers des hauts saisissants, mais aussi dans des chutes spectaculaires qui nous attendent au prochain tournant. Avec le temps, nous apprenons à jongler avec ces oscillations. Les bas et les adversités demeurent de dures épreuves. Elles sont des tempêtes obligées. Cependant, la plupart d’entre elles viennent nous affecter de façon plus subtile, moins intense. Nous savons que ces épreuves sont (souvent) passagères. Malgré tout le désarroi ressenti dans l’instant présent, et en lien avec le nuage au-dessus de notre tête, nous savons que le soleil est toujours là, derrière. Il brille de mille feux et sa chaleur vient nous réchauffer malgré le vent. C’est ce soleil, ces bonheurs réels dont nous devons nous armer et auxquels nous devons nous accrocher. Encore faut-il les trouver et les nommer.

Dans la société actuelle, le bonheur est souvent synonyme de possession : avoir plus d’argent, avoir le dernier gadget technologique, avoir un appartement plus grand, plus blanc, etc. Quant à moi, cela reste superficiel. Des bonheurs ponctuels de courte durée. L’herbe sera toujours plus verte ailleurs. Il faut donc trouver en soi les ingrédients menant à son épanouissement. Côté technique, les éléments de base sont bien sûr primordiaux. Dormir, avoir un toit et se nourrir restent des « musts » afin d’atteindre un certain état de joie. Quand l’appétit va, tout va, pas vrai ? Au-delà de ses besoins primaires, des sources intimes de bonheur existent. J’insinue « intimes » parce que près de nous, près de la personne que nous sommes. Notre téléphone ne nous définit pas. Notre sens artistique ou notre implication sociale le font davantage. Peut-être ne les exploitons-nous pas autant que nous le désirons. Néanmoins, j’en suis certaine, ils imprègnent à différents degrés nos actions et sont, peut-être sans même nous en rendre compte, le moteur de nos décisions. Nos valeurs fondamentales maçonnent notre être et c’est souvent en les construisant, petit à petit, que nous trouverons réconfort et joie. Qui suis-je ? Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce qui est réellement important pour moi ? Posons-nous ces questions et peut-être le bonheur osera se montrer, chaque matin, à l’horizon…

Audrie Storme

Oui, il y aura toujours quelque chose pour faire de l’ombre à notre potentielle félicité. Il faut tenir bon et surtout se rappeler qu’il s’agit d’un état passager. Plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens. Ramenons-nous à l’essentiel, à ce qui compte vraiment, et tentons d’être positif le plus souvent possible. Sans faire abstraction de la réalité, dédramatiser une situation et surtout trouver des solutions en lien avec nos valeurs et nos désirs. Prendre conscience de nos frustrations, de leurs raisons, et s’en éloigner. Nourrir les moments heureux, bien s’entourer et construire une à une les marches qui mèneront à notre nirvana. N’est-ce pas un bon plan ? En plus, comme c’est toujours l’été, profitons-en pour prendre ça mollo et y aller un pas à la fois. Faire le plein d’énergie, planifier notre automne et surtout, prendre du bon temps pour faire briller le soleil encore plus longtemps.

prismboutique

À propos de moi

La danse fait partie intégrante de la vie de Marie-Pier. Initiée très jeune, elle se dirige professionnellement vers l’enseignement de la danse et intègre, suite à sa formation en Danga, la pratique du yoga à sa pédagogie. La technique est primordiale pour elle, mais elle ne doit jamais être travaillée au détriment de la notion de plaisir. La créativité est au cœur de son travail. Elle désire aider les gens à se surpasser et à trouver leur propre façon de bouger. Marie-Pier adore écrire, c’est pourquoi elle collabore à la rédaction de billets pour Bohos.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.