Par 

Céline et la thérapie holistique


C’est par un vendredi tout gris et pluvieux que se déroula ma lumineuse rencontre — point culminant de cet article — avec Céline, dans un café qu’elle chérit bien: Le Moineau Masqué. Nous avions déjà eu la chance de partager des moments, d’abord, par nos échanges par courriels, mais aussi au cours d’un puissant soin holistique qu’elle m’avait offert. La thérapie holistique est une séance transformatrice et révélatrice qu’elle démocratise depuis son arrivée au Québec, dans son cabinet situé sur le Plateau Mont-Royal.

D’infirmière à thérapeute holistique

Débarquée au Québec depuis peu, Céline a eu, avant son arrivée ici, un passé bien rempli en relations d’aide, en France: une forte expérience d’infirmière en bloc opératoire, en transplantation cardiaque et en soins à domicile auprès de personnes en situation de handicap et en fin de vie. Si le processus de reconversion s’est présenté à elle lors de sa grossesse où elle a découvert la force du corps, le questionnement était là bien avant. «Si on est capable de donner la vie, on est capable de tellement d’autres choses.»

Curieuse de nature Céline se demandait «pourquoi certains patients s’en sortaient et d’autres pas».

Lorsqu’elle a décidé d’aller voir une thérapeute holistique, ça lui a permis d’appréhender ses patients de façon différente, mais aussi de faire un travail en profondeur sur elle-même. «À l’époque, je ne pensais pas que je pourrais faire ce métier… J’avais la tête dans le guidon. J’étais infirmière, j’étais bien! Et puis, quand est venu le temps de changer, ça s’est imposé à moi. Chaque fois que je ressortais de ces rencontres, je trouvais qu’elle faisait un métier génial, alors pourquoi je ne le ferais pas?»

Un long cheminement, donc, pour se recentrer et se donner le pouvoir de faire ce qu’elle désirait profondément. «À un moment, je me suis dit : “Faut que j’y aille!” J’aimais la médecine conventionnelle, mais ça ne me suffisait plus». C’est après sa grossesse que sa formation de 600 heures, en France, s’est enclenchée en kinésiologie.

Kinésiologie versus thérapie holistique

En France, le terme kinésiologie est bien connu. À son arrivée au Québec, Céline a compris qu’elle devait non seulement changer le nom (le terme kinésiologie étant lié à un ordre particulier, elle l’a changé tout naturellement pour thérapie holistique), mais aussi faire un vrai travail de démocratisation. Au-delà d’ouvrir son cabinet, il lui fallait faire connaître cette pratique aux gens. «Ici, le défi est que ce n’est pas connu. En France, la fédération est encadrée, il y a un syndicat…» Tout est à faire, et Céline a les deux mains dedans, au Québec, avec passion.

La thérapie holistique, qu’est-ce que c’est?

«J’accompagne les personnes en leur donnant des outils de gestion du stress, m’a répondu Céline. Je travaille avec la mémoire corporelle, la partie immergée de l’iceberg. Tout ce dont on a conscience, c’est la partie émergée (apparente). Je travaille sur tout le reste.» Cela représenterait 80 % de ce que l’on est, m’a souligné Céline.

Cette connexion à la mémoire corporelle se fait grâce à un test musculaire développé dans les années 60 par un chiropracteur, le Dr Goodheart. Lorsque ce dernier travaillait physiquement sur le patient, il sentait une réaction du corps avant même que ce dernier ait verbalisé ses réponses. Ce fut le point de départ de cette technique qui s’est enrichie avec les années. Mais la base demeure: on se connecte par différents protocoles à la mémoire corporelle «Le corps garde en mémoire tout ce que l’on a vécu sous forme d’émotions. Grâce au test, je vais avoir accès à ces émotions pour qu’elles ne soient plus stressantes. Quand on travaille sur l’émotion, on est au carrefour du corps et de l’esprit, on utilise ces protocoles pour équilibrer et faire circuler de nouveau l’énergie.» Car une fois cette émotion gérée, le blocage quitte le corps, le flow reprend son cours et elle n’est plus une barrière. Elle redevient une ressource, m’a expliqué Céline. Chaque cas est singulier et demande un nombre de séances qui varie d’une personne à l’autre, mais l’objectif reste le même, arriver à gérer le stress en travaillant sur les émotions.

Cette technique s’adresse à tout le monde. Céline avoue cependant avoir beaucoup de plaisir à travailler avec les femmes enceintes car c’est un processus vraiment passionnant. «Pour les femmes enceintes, tu switches de la maman au bébé… Parfois, on équilibre l’émotion du bébé, sa partie génétique [ce que ses ancêtres lui ont légué]. D’autres fois, c’est la maman.»

Si cette technique s’adresse au plus grand nombre, elle a cependant des limites qui n’échappent pas à Céline. « Je me suis formée à la règlementation québécoise, alors si une personne a des besoins qui sortent de mon champ de compétences, je l’adresse aux professionnels adéquats. »

Se nourrir pour mieux donner

Au-delà de son travail, Céline aime évidemment équilibrer son quotidien. «En tant qu’infirmière, je me suis brûlée les ailes pour apprendre à repenser les choses». Elle a maintenant une autre vision qu’elle chérit. L’art fait partie de ses outils. Elle peint avec ses émotions et sort du spectre du beau, préférant une mise à nu émotive.

Le mouvement est aussi prioritaire: elle est une fervente adepte du Pilates et adore marcher, faire ses courses à pied, entre autres. Mais le plus important pour elle, ce sont les bons moments passés en famille avec sa fille et son amoureux. Son conjoint est hyper impliqué dans leur vie de famille, ce qui est d’ailleurs primordial pour la création de son cabinet.

Un plaisir coupable: la nourriture. Céline est gourmande et adore cuisiner en famille. «Avoir une bonne alimentation, sans en faire une discipline, est nécessaire à la gestion du stress.» Et de bons repas à prendre, entourée d’amis, c’est primordial pour elle: «Ce n’est pas ce que tu manges, ce sont les rires, c’est ça qui est important.»

Des conseils pour une femme entrepreneure ou impliquée dans un projet qui lui tient à cœur? Voilà ce que je retiens de mon entretien avec elle:

  • Il y a un temps pour tout: Dans son cas, un temps de maman, de formation, pour monter le cabinet. «Ça prend du temps, ça prend des heures. Je ne pense pas qu’on puisse tout faire et bien faire. Je fais de mon mieux, c’est l’essentiel.»
  • S’écouter: «J’essaie de faire les choses en suivant mes ressentis, quand je prends une décision, je sais que c’est la meilleure pour moi.»

Pour une thérapie holistique au cabinet de Céline Couix, rendez-vous sur son site Web pour plus d’information: https://www.therapie-holistique.ca.

 

Photographies : Pascale Messervier

À propos de moi

Julie se passionne pour le mieux-être et l’art de vivre. Professeure de Yoga et de Danga, elle craque pour l’humain et ses riches interactions. Créatrice d’ambiances et artiste dans l’âme, elle aime offrir des atmosphères et des concepts lors de ses ateliers : d’ART DE VIVRE, de DANGA et dans ses classes de yoga. Parallèlement à l’enseignement, elle met à profit dix années d’expérience dans le domaine des communications en offrant une alternative mieux-être avec sa plateforme Bohos et ses collaborations en tant que rédactrice. Au quotidien, Julie aime goûter aux petits bonheurs de la vie et prendre soin de ceux qu’elle aime. ♡

VOUS POURRIEZ ÉGALEMENT AIMER

The Woman Power: Le pouvoir insoupçonné d’Hanna Che!
09-01-2018
Se « NousRire » avec Tatiana Lokis
08-30-2018
À la découverte de l’auriculothérapie
08-08-2018
Connaissez-vous la sylvothérapie ?
07-20-2018
Sofia Sokoloff : dans l’action au coton!
04-15-2018
Entretien avec Marie-Ève Dion, interprète en danse contemporaine et photographe
04-09-2018
Ode à la femme
03-12-2016
Le temps d’une rencontre avec Marikym Hervieux
12-06-2015
L’illusion des déesses des temps modernes
10-21-2015

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.