Par 

Musique et souvenirs


La musique fait partie de nos vies. Elle nous enlace au quotidien, si bien que parmi ce brouhaha incessant de bruits parasites, nous ne l’entendons plus.

Mais elle est maline… Elle signale subtilement sa présence grâce à quelques notes émergeant de l’oublie, et notre âme s’abandonne à la rêverie. Lié à nos émotions, à nos souvenirs, un morceau suffit parfois à nous catapulter dans le petit théâtre de nos souvenirs.

La musique et moi, c’est une histoire de longue date. Initiée très jeune, j’ai commencé par apprendre à lire les notes avec le solfège, puis ce fut le début de l’apprentissage d’un instrument : l’orgue.

Pourquoi l’orgue ? J’étais émerveillée par la virtuosité de mon oncle sur cet instrument. Assise sur ses genoux, je posais mes petites mains d’enfant sur les siennes, puis il se mettait à jouer. C’était magique.

À l’adolescence, j’abandonnais les instruments à cordes pour ceux à vent, avec la clarinette, histoire de changer d’air. Mais je suis revenue à mes premiers amours avec le piano. Le chant fit également longtemps partie de mon enseignement musical.

Avec l’ère des CD à graver vint l’époque des compils faites maison. Compilations pour les jours de pluie, compils rythmées pour sorties sportives, potpourris des meilleurs tubes de l’été, bandes sonores originales de films… Bref, j’adorais ça. Juste les écouter, les passer ou repasser en boucle pour certaines, et je partais en voyage, j’imaginais plein d’histoires.

Activité annexe à la réalisation de compils, la composition de la pochette de couverture. Pour cela, je prenais soin de glaner dans les magazines, images, photos, dessins me plaisant afin de les agencer en un « ensemble pictural » de mon cru.

Puis, petit à petit, j’ai développé le concept en me lançant dans la création de CD personnalisés pour mes amis. S’est mise en place une sorte d’échange : une compil contre une compil. C’est ainsi qu’est née la tradition de la compil en cadeau.

Je trouvais très intéressant d’avoir une trame sonore personnalisée et unique, car elle reflétait un moment « X » du chemin que nous parcourrions ou avions parcouru ensemble. Une sorte d’album souvenir dont chaque chanson était le symbole d’un épisode de vie, d’un évènement précis comme une soirée entre amies, un baiser fougueux, une personne disparue…

J’éprouve toujours une vive émotion lorsque je redécouvre ces CD. C’est comme une machine à remonter le temps.

Aujourd’hui encore, la coutume perdure. Évidemment technologie oblige, tout est stocké sur mon ordinateur et sur mon iPod. Je les emmène partout avec moi. C’est comme transporter, virtuellement parlant, mes amis, mes amours, mes souvenirs lors de mes voyages. Ils sont présents à mes côtés, incarnés par une succession de pistes musicales.

Depuis, lorsqu’un ami part pour de nouvelles aventures, il a le droit à sa compil, car je pense que la musique est un messager, un gardien de souvenirs. Elle véhicule toutes sortes d’émotions et reste l’un des meilleurs instruments pour raviver ces tranches de vie partagées et l’image de ces êtres aimés.

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.