Par 

De la cime aux racines


Savoir d’où l’on vient.

Nous nous sommes certainement déjà tous posé cette question une fois au cours de notre existence : qui étaient nos ancêtres, quelle est l’histoire de ma famille, que signifie l’étymologie de mon nom de famille ?

C’est souvent à partir de questions anodines que nous nous retrouvons entraînées dans l’univers de la généalogie, en quête de notre filiation. Ce voyage à la recherche de nos liens de parenté nous conduit parfois à de drôles de surprises, et soulève le voile sur bien des interrogations, qu’elles soient verbalisées ou non.

Mais comment nous y prendre ? Quels sont les outils à notre disposition ? Petit guide pratique pour donner vie à notre histoire familiale. Alors, prête à défricher vos racines ?

  • D’où vient la généalogie :

À l’origine utilisée par une certaine caste de la population afin d’établir sa noble lignée, elle s’est, au fil des siècles, démocratisée et permet, à titre individuel ou par le biais d’un généalogiste, de retrouver nos ancêtres sur plusieurs générations.

Le motif de départ naît souvent d’un questionnement, celui de connaître ses origines, une recherche de soi-même à travers la recherche de ses racines.

Nous voici donc plongées, tel Sherlock Holmes, à éplucher informations, histoires de familles et vieux documents.

La généalogie passionne des milliers de personnes. Phénomène universel, chaque année, de plus en plus d’individus entreprennent cette démarche.

Plusieurs outils s’offrent à vous. Certains payants, d’autres gratuits. Mais peu importe les moyens pour lesquels vous opterez, les maîtres mots sont : temps, patience et persévérance.

Si vous êtes le premier à instaurer le mouvement dans votre famille, il est plus simple de vous prendre comme point de départ de votre arbre. Ceci s’appelle la généalogie ascendante, c’est la plus fréquente. Passez ensuite à vos parents (dates et lieux de naissance et de mariage), puis à vos grands-parents (rajouter date et lieu du décès si c’est le cas) et ainsi de suite.

Encore plus simple, vous pouvez également choisir de vous limiter uniquement aux personnes portant votre nom : de père en père, processus nommé de ce petit nom barbare : généalogie agnatique, ou de mère en mère pour une généalogie cognatique.

On parle également de généalogie descendante lorsque vous partez d’un couple d’ancêtres et que vous recherchez leurs descendants.

Personnellement, j’ai opté pour une recherche ascendante des deux côtés.

Vous pouvez, si vous le souhaitez afin d’agrémenter votre arbre, rajouter la profession si vous avez l’information. Je trouve toujours cela intéressant à noter pour la compilation de données. Imprimez les documents que vous trouvez et faites-vous une pochette bien rangée par famille.

Si vous retrouvez de vieilles photos, ou de vieux documents, surtout ne les conservez jamais dans des pochettes plastiques. Mieux vaut les plier dans des feuilles de papier journal pour une meilleure conservation, le tout, à l’abri de la lumière et de l’humidité. Annotez toujours, au dos des photos, les personnes présentes sur celles-ci, ainsi que la date à laquelle elles furent prises. Le temps passe vite et les témoins de ces moments fixés sur papier glacé tirent bien souvent leur révérence sans crier gare.

Parfois, il faudra vous improviser paléographe et déchiffrer ces belles lignes manuscrites, abréviations et tournures de phrase. Si vous vous accrochez, petit à petit, vous verrez croître votre arbre.

Récapitulons : procurez-vous les actes d’état civil par individu (baptême ou naissance, mariage et décès). Ces documents vous fourniront des informations importantes vous permettant d’approfondir vos recherches.

  • Où trouver les informations :

La première source reste les proches.

Ensuite, vous pouvez contacter les mairies des endroits où sont nés, mariés, ou décédés vos ancêtres, les centres d’archives (départementales, nationales, notariales, diocésaines, militaires, voire judiciaires). N’hésitez pas à entrer en contact avec les associations généalogiques. De plus, les mormons sont également réputés pour leur importante base de données (www.familysearch.org). Selon les lieux, vous pourrez trouver les archives en ligne, dans d’autres, il vous faudra faire une demande manuscrite ou par courriel.

Il existe également de nombreux sites spécialisés aux bases de données variables : Ancestry, MyHeritage, Family Search, Find a Grave, MesAieux…

Depuis quelques années, vous avez également la possibilité de retracer votre filiation via des tests ADN que l’on peut se procurer en vente libre. Les plus connus sont Ancestry DNA, 23andMe, et AncestrybyDNA.

Ces tests vous permettent de passer au crible les lieux de provenance de vos ancêtres. Par contre, ils ne vous aident aucunement à retracer votre arbre, seulement la possibilité de confirmer les « cancans » familiaux concernant l’origine géographique de votre famille. Selon les tests, ils définissent des zones plus ou moins précises.

En ce qui concerne le Canada, les meilleurs endroits où vous renseigner pour retracer votre arbre sont : la société généalogique canadienne-française (SGCF), Bibliothèque et Archives Canada, Généalogie des Français d’Amérique du Nord (FrancoGène).

  • Jusqu’où espérer remonter :

Réponse variable, car multifactorielle : état des archives, l’Histoire, les lieux de provenance de vos ancêtres, le milieu social et culturel… Généralement, comptez jusqu’au XVIIe siècle grâce aux registres paroissiaux.

Il est plus rare de parvenir au XIVe siècle. Si vous avez des ancêtres nobles, vous pourrez certainement atteindre cette période. Par contre, il est malheureusement presque impossible d’établir la généalogie d’enfants abandonnés.

Le temps fait son œuvre et indubitablement, vous perdrez la trace de vos ancêtres. Remonter le temps devient difficile. Mais ce que vous aurez découvert ne pourra que vous enrichir, car après tout, c’est par l’histoire de notre famille qu’on apprend à se connaître. Bonne quête à vous !


Liens :

www.genealogiequebec.com

www.sgcf.com

www.banq.qc.ca

www.geneanet.org

www.mesaieux.com

www.ancestry.ca

www.familysearch.org

www.bac-lac.gc.ca/fra

http://www.francogene.com/index.php

Photo à la une par Sean Brown sur Unsplash

À propos de moi

Parce que la vie est un voyage, une aventure ; que l’on ne sait jamais vraiment de quoi demain sera fait ; et surtout parce qu’elle n’est pas une question de « pourquoi », mais de « pourquoi pas », c’est en 2009 que Daphné quitte la France pour s’installer au Québec après y avoir passé un an en tant qu’étudiante à l’Université de Montréal en 2001. Curieuse, autodidacte, gourmande et surtout discrète, elle aime utiliser ses sens et savourer le temps qui lui est imparti en s’offrant la chance de pouvoir réaliser le maximum de ses rêves. Amoureuse de la bonne cuisine, des vieilles pierres, du bon vin et des livres, elle espère faire naître le goût des choses bonnes et simples qui nous entourent et qui bien souvent deviennent si familières que l’on ne prend plus la peine de les apprécier : la caresse du soleil sur votre peau, un morceau de chocolat fondant délicatement sous votre langue, la lecture d’un bon livre… Massothérapeute sur ses temps libres, son mantra : « On est tous l’artisan de son bien-être ». Elle évolue d’une passion à l’autre, en espérant rendre les gens heureux, désireux et curieux de pousser d’autres portes afin de découvrir ce qui se cache derrière.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera jamais partagé. Les champs exigés sont marqués.